La manifestation de l’extrême droite : Alliance et FN bras-dessus, bras dessous

Avant-Hier, les flics manifestaient, Place de République contre la « Haine Anti Flic ». Rejoint par la droite extrême et l’extrême droite antirépublicaine. Les différentes corporations syndicales, sont responsables de 2000 à 3000 blessés dont près de 200 très graves.

Read more « La manifestation de l’extrême droite : Alliance et FN bras-dessus, bras dessous »

L’UMP souhaite interdire tout mouvement opposé à l’extrême droite

598
Qu’est -ce que l’action Antifasciste ? écrit en 1932.

La proposition de loi n°2205 tend « à élargir les conditions de dissolution des associations ou groupements de fait tels que les groupes « antifas » ». Elle est déposée par l’UMP et notamment les plus proches de la « manif pour tous » et des mouvances de l’extrême droite dont la manifestation se terminant aux invalides fut une gigantesque émeute avec le soutien de l’UMP notamment. Puis à titre d’information, c’est un attaché parlementaire de l’UMP qui a organisé la manifestation antisémite le « jour de colère ».

Ces derniers temps, la droite converge comme une certaine partie de la presse avec l’extrême droite, il n’en demeure pas moins qu’à défaut de mettre en avant des faits, il s’agit uniquement du Vendredi 14 février à Nantes où la soirée a manifestement dérapé. Mais, la mouvance antifasciste dans sa majorité hormis des cas isolés a toujours manifesté dans le calme et la sérénité. Ces allégations servent à la bourgeoisie de protéger son oppression contre les masses et de préparer le terrain au Front National.

Des groupes préparés, entraînés, équipés, profitent régulièrement d’évènements ou de manifestations pour semer le trouble, portant atteinte aux biens et aux personnes, en particulier contre les forces de l’ordre et les institutions publiques.

Dans une lutte sécuritaire et autoritaire, la bourgeoisie n’hésite pas à comparer l’antifascisme à Action Directe, mais on pourrait comparer la politique de l’UMP à celle que faisait Georges Besse quand il était PDG de Renault. Les manœuvres de l’UMP tout comme George Besse pour obtenir le maximum de dividendes conduisent des centaines de travailleurs à se suicider chaque année sur leur lieu de travail. Mais le problème qui se pose, au delà de la renommée que peut avoir AD, l’UMP souhaite dissoudre une idéologie, chose qui demeure impossible.

L’Action Antifasciste existe depuis 1934. Elle a survécu au nazisme, au fascisme, au pétainisme, au franquisme. Autrement dit ce n’est pas les petites magouilles de l’UMP qui changeront quelque chose dans le fond.

A propos des blacks blocs, ils n’ont aucune existence physique et sont spontanés, autrement on ne peut dissoudre un collectif spontané.

Cet article est le fondement juridique pour la dissolution d’organisations n’ayant aucune existence juridique, comme ce fut le cas pour le groupe terroriste « Action directe » en 1982 ou encore pour les groupes « Black Bloc » actuellement.

Ainsi il affirme leur volonté de permettre la dissolution qui porte atteinte à tout un ensemble de catégorie spécifique. Il existe déjà des législations. Mais face à l’austérité, la contestation également de l’austérité, il y a évidemment une crainte d’un embrasement général. Or, il va de soi que les réactions sont souvent le fruit même de la politique ordolibérale dont l’UMP en est responsable. Il y a une urgence évidente, car que ce soit en Grèce, en Espagne, ou en France la droite semble inexistante, elle s’est transformée au sein de l’extrême droite.

Il semble donc nécessaire de faire évoluer la législation afin de permettre la dissolution de toutes associations ou groupements de fait portant atteinte aux biens privés, au mobilier urbain, ou à l’intégrité physique des forces de l’ordre.

Alerté à plusieurs reprises, le gouvernement n’a pas daigné répondre aux questions de la représentation nationale. Il revient donc aux parlementaires de se saisir de cette urgence.

Du coup on pourra noter leur proposition qui devrait s’appliquer à la FNSEA et aux Bonnets Rouges au vu de ce qui s’est passé à Morlaix :

L’article L. 212-1 du code de la sécurité intérieure est complété par deux alinéas ainsi rédigés :

« 8° Ou qui portent atteinte à l’intégrité physique des forces de Police ou de Gendarmerie ;

« 9° Ou dont les agissements entraînent une dégradation, destruction ou détérioration de biens appartenant à autrui. »

La Bastille nous appelle à entendre le cri du peuple !

Lallemand_-_Arrestation_du_gouverneur_de_la_Bastille_-_1790La prise de la Bastille est certainement une des étapes qui marque le plus la Révolution Française. Si la Bastille a été démolie, aujourd’hui l’endroit reste un symbole. C’est « le » moment de l’histoire qui a permis la chute de la monarchie quelle que soit sa distinction.

Pourtant, la monarchie n’est pas réellement décédée au sein de notre pays. Notre Président est devenu un monarque républicain. On l’élit tous les cinq ans. Ensuite comme les élections législatives de l’Assemblée Nationale tombent en même temps que celle des Présidentielles, les majorités sont nécessairement identiques. Ainsi, le Président se voit acquérir les pleins pouvoirs malgré la constitution de la Cinquième République. En effet, le Président de la République Hollande ou Sarkozy ou les suivants possèderont les pouvoirs du Président et de celui du Premier ministre. Le Régime n’est donc plus parlementaire, puisque le chef du gouvernement n’est pas le Premier ministre, mais le président de la République. Et voilà nous sommes revenus à l’époque des monarques.

D’autant que les différentes affaires qui secouent le pouvoir ces derniers temps, ont permis de remettre en cause le modèle Républicain Français entre sa base citoyenne et les élus. Il ne suffit plus mettre la cocarde tricolore et la devise de Robespierre pour faire passer l’idéal Républicain pour quelque chose d’autre. Lorsque les êtres humains quel que soit leur genre ou leur apparence pour quelque motif que ce soit ne sont pas égaux en droit, la déclaration des droits de l’homme et du citoyen n’existe donc plus.

D’ailleurs que l’on se le dise aussi la « République » de Platon est très éloignée de ce que l’on aspire. Robespierre énonçait dans le discours sur la gouvernance de la République, le 10 mai 1793 : « Il est un moyen général et non moins salutaire de diminuer la puissance des gouvernements au profit de la liberté et du bonheur des peuples.« 

La Cinquième République avec toutes les révisions des 20 dernières années a plongé la France petit à petit dans un déni républicain total. Comment les Français peuvent-ils croire en une République si elle n’existe plus ? C’est une question existentielle, qui pourra résoudre tout un ensemble de problématiques, mais aussi faire barrage aux idées antirépublicaines et versaillaises de l’Extrême-Droite. Le malaise vis-à-vis de la République est tellement fort que tous les symboles sont abandonnés au profit des monarchistes, des royalistes, des pétainistes, et autres. Comme chacun le sait, chacun le conçoit, historiquement l’extrême droite a toujours été opposée à la République. Les épisodes du début de la Troisième République en sont une démonstration avec l’affaire Mac-Mahon.

Ainsi, pour être République et être fier de l’être, il est essentiel de remettre sur la table toutes les mesures qui nous rassemblent. Une Sixième République ne pourra voir le jour sans un débat de fond, sans une réappropriation des valeurs républicaines. Il ne faut plus avoir honte de porter les couleurs, les drapeaux ou les devises de ceux qui sont tombés pour que puissent vivre la République Française. Laisser ces symboles à d’autre, c’est littéralement oublié l’Histoire de France.

L’international énonçait « Ni Dieu, ni César, ni tribun« , incite nécessairement à la remise à plat de la démocratie. Une démocratie présidentielle, n’est pas une démocratie, mais bien une dictature déguisée où la parole du peuple est renouvelée tous les 5 ans avec obligation de se soumettre au pouvoir politique. De ce fait-là, j’appuie une République avec une démocratie participative ou directe dans l’idéal.

De ce fait-là, la Bastille nous appelle encore une fois. Non, ce n’est pas pour faire le trajet : Bastille-Nation, Bastille-République. Il s’agit de s’attaque au système des monarques en faisant tomber le bâtiment qui y ressemble le plus. Quant au cri du peuple, celui-ci s’organisera dans le bien de celui-ci. Ainsi pour construire ensemble la Sixième République, cela passe par le non-renoncement à nos valeurs, pour pouvoir ainsi regarder de manière sereine.

Pierre Le Bec

La Drauche

C’était en Novembre 2013.

J’ai utilisé ce terme dans mon dernier article : « la VIème République doit arriver et vite ! ». C’est un néologisme volontaire de ma part. Certains ont pu être surpris et d’autres se sont posés plein de questions autour de la définition de ce mot-là. J’en suis tout à fait conscient. C’est pourquoi je souhaitais revenir dessus.

La drauche est le rapprochement du mot droite et du mot gauche. Celui qui se prétend de gauche et qui mène une politique de droite, appartient à la drauche.

Le discours traditionnel de François Hollande le 31 décembre devant les télévisions à l’occasion des vœux de bonnes années, fait partie de cette grande démonstration. Le Parti Socialiste se réclame de Gauche vient de franchir un cap historique dans son histoire et l’Histoire de la République Française. C’est que vrai que le Parti socialiste est de droite, mais je devais trouver une expression péjorative, chose désormais faite.

Si le Parti Socialiste a choisi la voie qu’il emprunte actuellement, il doit assumer son choix. Cela passe par le désir de toutes les personnes qui appartiennent à la gauche, la vraie, de réaliser une expulsion idéologique du Parti socialiste. Mais ce n’est pas nouveau la logique utilisée est la même que celle employée par le SPD en Allemagne, le PASOK en Grèce, le PSOE en Espagne ou le Labor Party en Grande-Bretagne. Ce n’est pas pour rien que tout ces partis ont une volonté commune : celle de sortir de la IInde Internationale. L’Alliance Progressiste fondée le 22 mai 2013 à Leipzig est le nouveau concept du social-libéralisme. À la différence du rassemblement de la IInde Internationale, ce rassemblement « socialiste » se veut sans socialisme et sur néolibéral. C’est pour cela qu’ils ont appliqué la politique de l’austérité.

Le vieux Jaurès, qui était à l’initiative de la création de la SFIO, même s’il se considérait comme un réformiste, n’aurait jamais souhaité que l’évolution du Parti qu’il a crée se fasse dans le but de casser les classes ouvrières et moyennes-basses. La lutte contre la bourgeoisie est belle et bien finie, puisque c’est la bourgeoisie qui contrôle le Parti Socialiste et qui impose sa logique néolibérale. La lutte des classes continue, mais les rapports ne seront plus les mêmes.

Jaurès aurait répété : « Le courage, c’est de chercher la vérité et de la dire, c’est de ne pas subir la loi du mensonge triomphant qui passe ». Ils essayent de nous faire croire qu’un mouton, c’est une vache alors il est nécessaire de réagir. Les faits sont là dans de ce monde de crise systémique. C’est d’affirmer que le Parti Socialiste est parti Bourgeois et de la minorité qui détient les capitaux, c’est bien l’allié de la Finance.

On va me rétorquer sur deux points qui ont marqué l’actualité en 2013 : l’éco-taxe et la taxe à 75%. Pour l’éco-taxe, c’est l’application stricte du principe pollueur-payeur même si la forme de cette taxe est sous la forme d’un PPP. Ensuite pour la taxe à 75%, il n’y a pas de quoi faire un scandale puisqu’elle touche les 2,5 Millions les plus riches, c’est juste une tranche de plus dans l’impôt. Mais il y a un soutien difficilement acceptable aux amis du PS, qui ont sabré l’état en abaissant l’impôt des 100 Mds d’euros et créé le déficit public de la République Française.

La Drauche, c’est vrai que c’est laid comme mot. Mais la politique du PS est aussi d’une certaine laideur. En pleine crise médiatique de l’antisémitisme et de la liberté d’expression, François Hollande a décidé de reprendre à compte le programme de l’UMP dont la mesure phare de Jean-François Copé est la gouvernance par Ordonnance comme le prévoit l’article 38 de la constitution. Il a prévu aussi de renforcer la cogouvernance avec le syndicat Patronal.

Avant je me posais la question :  « le PS est-il encore de Gauche ?», le temps y a répondu.

PLB

Combattons le PS comme nous avons combattu l’UMP

sarko-hollande-sarkozy-hollande-sarko_933729Cela devient de plus en plus récurant et consternant, les citoyens pensent encore que le Parti Socialiste est de gauche sur l’échiquier politique.  C’est vrai que le nom est trompeur, le mot « socialiste » est bien une référence de gauche, je le conçois. Pourtant entre le nom qu’il porte et les actes réalisés, c’est le jour et la nuit. Le mot « socialiste » est dénaturé de son contexte. Le Parti Socialiste est bien un parti de droite, je le conçois, je le dis et je l’affirme encore une fois de plus. La politique du Parti Socialiste est ratée, toute fois, c’est une très bonne politique pour ceux qui votent à droite : ANI, CICE, loi FIORASO, etc. Toutefois, il y a eu la « loi Taubira » sur le mariage pour tous, qui est le seul élément positif depuis le début du quinquennat.

Faut que j’admette que ce n’est pas nouveau  que je m’en prenne autant au Parti Socialiste, j’ai l’occasion d’écrire : « Le PS est-il encore de Gauche? » () :

Le libéralisme de « gauche », ces dernières années s’est accentué sur des valeurs très particulières. Papandréou, Barroso, Zapatéro, Schröder, etc. , sont considérés comme des socialistes et des hommes de gauche. Une gauche basée sur un socle en béton armé des idéologies et des dogmes de droite et d’extrême-droite. Le social-néolibéralisme est en marche, pour une politique de droite, des valeurs de droite, un concept de droite, mais une étiquette de gauche.

J’ai pu écouter comme tout le monde les vœux du Président de la République. Mais je trouve cela consternant, nous allons droit dans le mur, il n’y a pas de mesure de gauche, uniquement les remèdes de droite à travers la rigueur, l’austérité, etc.  La politique que nous avons subie, continuera un peu plus chaque jour fait gonfler l’extrême droite. À titre personnel, je n’ai plus rien à attendre du Parti Socialiste, des élus socialistes qu’ils soient députés, sénateurs, conseillers régionaux ou généraux ou conseillers municipaux. Je pense qu’il faut être franc à ceux qui me lisent, je combattrais le PS et sa politique comme lorsque j’ai combattu la politique de Nicolas Sarkozy. Il y a peut-être quelques bons élus au Parti Socialiste, mais je pense que s’ils sont de gauche, ils doivent rendre leur carte et aller au Front de Gauche.  Libre à ceux de croire qu’Hollande pourra changer quelque chose.

On pourra dire que je suis un gauchiste après avoir lu « le Cri du Peuple », mais non, je vous rassure que non, je ne suis pas malade. Je suis juste droit dans mes bottes. Il en faut dans ce monde de politique où certains ne marchent pas droit et n’ont pas vraiment une vision bornée de leurs idées (sans être sectaire). Il est essentiel d’ouvrir le débat, pour que le Front de Gauche puisse se renforcer de la désillusion du Parti Socialiste afin de rassembler les déçus de gauche qui souhaite une vraie gauche pour une vrai alternative et une politique anticapitaliste.

Pour pallier à cela, à cette mascarade d’un « socialisme » qui a le gout de la droite patronale, il faut se retourner dernière notre drapeau rouge ou noir. « La commune n’est pas morte » écrivait Eugène Pottier est mis en musique sur l’air de T’en fais pas Nicolas de Victor Parizot, le « Socialisme n’est pas mort » pourrait-on dire pour se rappeler qu’il y a bien eu des expériences qui ont fonctionné et mis en avant que le Capitalisme n’est le saint-système, mais plutôt l’origine de tous les problèmes.

Lorsque les zapatistes se soulèvent pour faire face au néolibéralisme, ils mettent en avant un système alternatif proche de l’autogestion et de l’auto-organisation sans passer par le pouvoir de l’état à travers un ensemble de Commune, ils nous ont dits le 21 décembre 2012 à travers une grande manifestation que le néolibéralisme annonçait la fin d’un monde et que la construction est ailleurs.

En partant de ces deux faits-là, la Gauche et l’Extrême Gauche doivent lutter contre le Capitalisme pour en sortir et appliquer un programme que les classes populaires et moyennes adhèreront de manière nette. Avancer avec une vision à long terme. La révolution ne se fera pas en un jour, j’en suis persuadé.

Je pense que l’on ne peut faire de compromis avec ceux qui cassent les luttes ouvrières et les classes populaires et moyennes. Je pense qu’il faut que chacun insiste pour dire haut et fort, le PS est un parti de droite.

PLB

L’U.M.P. souhaite des immeubles vides et des SDF dans les rues.

maison-occupee-a-rennes-lextreme-droite-et-la-droite-soutiennent-les-speculateursCamille Bedin, secrétaire générale adjointe de l’U.M.P. dans son communiqué de presse du 22 mai 2012 lance la voie profonde du parti libéral (1) :

N’en déplaise à la gauche idéologique, le droit de propriété est le fondement de la démocratie moderne. En niant ce principe fondamental, la Ministre des réquisitions se fait le porte-voix des pillards de tous genres ! Elle insulte ceux qui, par leur travail ou leur investissement, sont devenus propriétaires.

En prenant part à cette idéologie pro-propriété privée l’U.M.P. s’engage à défendre les propriétaires de bâtiments vides au nom de la propriété privée. La spéculation immobilière est la raison pour laquelle ces bâtiments sont vides. Mais d’après l’U.M.P. cette dernière un droit Démocratique et Républicain. Or la spéculation immobilière ne crée des rentes que pour les personnes qui sont issus de la Moyenne et de la Haute Bourgeoisie. On nous dit souvent qu’il n’y a pas assez de logement pour tous, pourtant les logements existent, et leur existence est protégée par l’U.M.P. Le fait de créer un mensonge sur la marché immobilier renforce le constat, que l’U.M.P. défend la prochaine crise immobilière sur Paris, défend le droit de tromper l’Etat, et les Français.

Egalement en faisant référence au squatteur, l’U.M.P. fait l’apologie de la lutte de la classe bourgeoise sur les plus démunis. L’U.M.P. souhaite des immeubles vides et des SDF dans les rues, voici la solution pour régler la crise du logement.

En mettant les investissements en avant, nous ajoutons que l’U.M.P. soutient des groupes financiers comme BNP Paribas Immobilier dont les établissements vides se comptent au niveau de la surface en Hectare.

Derrière un simple communiqué de presse, il y a une haine de ceux qui se lèvent tôt et qui tentent de survivre de trouver un toit pour permettre de travailler, d’élever leurs enfants. Mais nous l’avons bien compris le côté populaire de l’U.M.P. n’est en fait que les pillards, ceux qui tentent de survivre face à ce mépris.

Un bon pauvre pour l’U.M.P. est un S.D.F. qui meurt dans la rue, car il ne touche pas aux différents droits de propriétés issus il faut le rappeller de l’Aristocraties Française et de l’Eglise Catholique.

Aussi définir le squat comme du vol est une hypocrisie. Bientôt en l’écoutant, ils vont remplir les rues de Paris et des autres villes de S.D.F. en disant le vol nous l’avons supprimé. Mais derrière ce vol, il y a une misère, une misère dont sont responsables les personnes qui n’ont jamais connus la misère comme Camille Bedin.

Face à des préjugés pareils, nous revenons à l’époque d’Adolf Thiers et de ses confrères. La Droit agite au nom de la Bourgeoisie en criminalisant la pauvreté.

Note :
(1) http://www.u-m-p.org/actualites/espace-presse/cecile-duflot-milite-pour-le-vol-92622205