Derrière Bernard Cazeneuve, l’autoritarisme

Bernard Cazeneuve a été nommé à Matignon par le président de la République, suite à la démission de Manuel Valls pour se présenter à la primaire du Parti « socialiste ». Il s’agit de la deuxième fois qu’un ministre de l’Intérieur devient premier ministre, sous l’investiture Hollande.

Read more « Derrière Bernard Cazeneuve, l’autoritarisme »

François Hollande ne sera pas candidat

francois-hollande-sur-le-plateau-de-tf1-a-aubervilliers-le-6-novembre-2014-1_5145591La nouvelle est tombée, François Hollande ne se représentera pas à l’élection présidentielle du mois de mai. Les internautes sont partagés sur cette question et en particulier les partisans du gouvernement.

Read more « François Hollande ne sera pas candidat »

Après les manifestations, Manuel Valls s’en prend à la liberté de réunion

img_20160628_162257La France post-Charlie ne va pas bien. Le Premier Ministre dans son escalade de la violence passe au-dessus des droits et des libertés fondamentales pour imposer le projet de la Loi Travail.

Read more « Après les manifestations, Manuel Valls s’en prend à la liberté de réunion »

La déchéance de nationalité ou l’antirépublicanisme

838422-decheancenatio3jpgL’une des mesures les plus contestées à gauche du Projet de Loi de réforme constitutionnelle proposée par Manuel Valls et François Hollande est la « déchéance de nationalité » pour les terroristes ayant plusieurs nationalités qu’il soit né ou pas en France.

Read more « La déchéance de nationalité ou l’antirépublicanisme »

La Bastille nous appelle à entendre le cri du peuple !

Lallemand_-_Arrestation_du_gouverneur_de_la_Bastille_-_1790La prise de la Bastille est certainement une des étapes qui marque le plus la Révolution Française. Si la Bastille a été démolie, aujourd’hui l’endroit reste un symbole. C’est « le » moment de l’histoire qui a permis la chute de la monarchie quelle que soit sa distinction.

Pourtant, la monarchie n’est pas réellement décédée au sein de notre pays. Notre Président est devenu un monarque républicain. On l’élit tous les cinq ans. Ensuite comme les élections législatives de l’Assemblée Nationale tombent en même temps que celle des Présidentielles, les majorités sont nécessairement identiques. Ainsi, le Président se voit acquérir les pleins pouvoirs malgré la constitution de la Cinquième République. En effet, le Président de la République Hollande ou Sarkozy ou les suivants possèderont les pouvoirs du Président et de celui du Premier ministre. Le Régime n’est donc plus parlementaire, puisque le chef du gouvernement n’est pas le Premier ministre, mais le président de la République. Et voilà nous sommes revenus à l’époque des monarques.

D’autant que les différentes affaires qui secouent le pouvoir ces derniers temps, ont permis de remettre en cause le modèle Républicain Français entre sa base citoyenne et les élus. Il ne suffit plus mettre la cocarde tricolore et la devise de Robespierre pour faire passer l’idéal Républicain pour quelque chose d’autre. Lorsque les êtres humains quel que soit leur genre ou leur apparence pour quelque motif que ce soit ne sont pas égaux en droit, la déclaration des droits de l’homme et du citoyen n’existe donc plus.

D’ailleurs que l’on se le dise aussi la « République » de Platon est très éloignée de ce que l’on aspire. Robespierre énonçait dans le discours sur la gouvernance de la République, le 10 mai 1793 : « Il est un moyen général et non moins salutaire de diminuer la puissance des gouvernements au profit de la liberté et du bonheur des peuples.« 

La Cinquième République avec toutes les révisions des 20 dernières années a plongé la France petit à petit dans un déni républicain total. Comment les Français peuvent-ils croire en une République si elle n’existe plus ? C’est une question existentielle, qui pourra résoudre tout un ensemble de problématiques, mais aussi faire barrage aux idées antirépublicaines et versaillaises de l’Extrême-Droite. Le malaise vis-à-vis de la République est tellement fort que tous les symboles sont abandonnés au profit des monarchistes, des royalistes, des pétainistes, et autres. Comme chacun le sait, chacun le conçoit, historiquement l’extrême droite a toujours été opposée à la République. Les épisodes du début de la Troisième République en sont une démonstration avec l’affaire Mac-Mahon.

Ainsi, pour être République et être fier de l’être, il est essentiel de remettre sur la table toutes les mesures qui nous rassemblent. Une Sixième République ne pourra voir le jour sans un débat de fond, sans une réappropriation des valeurs républicaines. Il ne faut plus avoir honte de porter les couleurs, les drapeaux ou les devises de ceux qui sont tombés pour que puissent vivre la République Française. Laisser ces symboles à d’autre, c’est littéralement oublié l’Histoire de France.

L’international énonçait « Ni Dieu, ni César, ni tribun« , incite nécessairement à la remise à plat de la démocratie. Une démocratie présidentielle, n’est pas une démocratie, mais bien une dictature déguisée où la parole du peuple est renouvelée tous les 5 ans avec obligation de se soumettre au pouvoir politique. De ce fait-là, j’appuie une République avec une démocratie participative ou directe dans l’idéal.

De ce fait-là, la Bastille nous appelle encore une fois. Non, ce n’est pas pour faire le trajet : Bastille-Nation, Bastille-République. Il s’agit de s’attaque au système des monarques en faisant tomber le bâtiment qui y ressemble le plus. Quant au cri du peuple, celui-ci s’organisera dans le bien de celui-ci. Ainsi pour construire ensemble la Sixième République, cela passe par le non-renoncement à nos valeurs, pour pouvoir ainsi regarder de manière sereine.

Pierre Le Bec

La drauche a été surprise avec le patronat

1601257_568372976577557_721833777_n
Humanité – Lundi 13 Janvier 2014

Il parait que notre chère Président de la République aurait une liaison secrète avec une journaliste pour changer, c’est encore un coup de la presse people de lui trouver une journaliste. Bref, cela regarde sa vie privée, il n’a pas besoin de s’expliquer contrairement à ce que dit le parti le plus proche du président. Gala, Vu, ParisMatch serait pour certains une presse intellectuelle, une presse qui permet d’apprendre des choses, mais c’est un stade les plus hauts du Capitalisme, c’est le voyeurisme, l’atteinte à la vie privée, puisque concrètement cela n’apporte rien au débat. La crise reste la crise. C’est un fait divers comme un autre. Mais ce genre de numéro sert uniquement à choquer les gens, car la peur et l’angoisse fait vendre. Puis il parait Trierweiler aurait fait un malaise, cela va changer le monde n’est-ce pas ? Mais pas votre vie !

Le Parti Socialiste aurait une liaison secrète avec le Patronat. Vous savez, ces personnes qui se disent de gauche, mais qui font une politique de droite néolibérale. Mais ouf, aucun journal people n’en parle pourtant, c’était une très belle première page. Après quoi, on se demande si la presse fait vraiment son travail, lorsque la finance travaille la presse et bah non. C’est plus intéressant de parler des faits qui ne servent à rien. Après aujourd’hui l’étiquette « gauche » ou plutôt « drauche » n’étonne personne. Et pourtant …

Il y aurait donc une relation très sérieuse entre la Drauche et le patronat. C’est bien plus que de l’amour fou … Pourtant, cela est un scoop. Alors que Pierre Gattaz était naturellement marié avec les néolibéraux du Parti à Jean-François Copé ou de l’ultralibéralisme frontiste. Les alliances sont bientôt prêtes à être mises entre les doigts de Pierre Gattaz et de François Hollande. Puis profitons le mariage pour tous a été voté, on a trouvé l’utilisation la plus proche qu’on avait autour de nous pour l’appliquer. Mais je crois qu’un mariage à quatre, c’est crade voir dégueulasse. Et pourtant …

Quand la dit « Gauche » dit de « droite » travaille avec le patronat dans le but de casser l’état social afin de précariser les salariés, cela ne choque personne que monsieur Gattaz, le patron des patrons a indiqué qu’un million de chômeurs est équivalent à 30 Mds d’euros. Une blague n’est-ce pas ? Et bah non. On continue l’école du rire. Les gouvernements à la solde à du patronat se battent, ils sont actuellement près de trois équipes pour savoir lequel va précariser le plus le pays, accroitre la paupérisation, celui qui va faire les plus beaux cadeaux aux actionnaires (appelés investisseurs). En effet selon les grands mouvements libéraux, l’ennemi, le problème, c’est les travailleurs, ils ne produisent rien … Près de 304 Mds d’euros est presque égale à zéro.

Pendant ce temps-là, les actionnaires, le patronat licencient en masse pour augmenter les bénéfices, les Charlots disaient : « merci Patron« . Laissons-les parler de tout et n’importe quoi, pendant ce temps, nous argumentons, nous travaillons.

Bref, nous vivons dans une société très particulière. Cette société est hypocrite, chacun le sait, mais la presse financière (pas tous les journaux hein !) a pour objectif de diviser les citoyens. La division, ça rapporte du pognon et ça renforce le capitalisme.

Et pendant ce temps-là, nous continuons à nous battre, contre le coût du Capital, contre la montée du Fascisme et ni plus ni moins contre le Capitalisme, etc. Le reste; c’est du vent. Dommage que cela ne fasse pas tourner les éoliennes, on aurait pu arrêter tous les réacteurs nucléaires.

PLB.

La Drauche

C’était en Novembre 2013.

J’ai utilisé ce terme dans mon dernier article : « la VIème République doit arriver et vite ! ». C’est un néologisme volontaire de ma part. Certains ont pu être surpris et d’autres se sont posés plein de questions autour de la définition de ce mot-là. J’en suis tout à fait conscient. C’est pourquoi je souhaitais revenir dessus.

La drauche est le rapprochement du mot droite et du mot gauche. Celui qui se prétend de gauche et qui mène une politique de droite, appartient à la drauche.

Le discours traditionnel de François Hollande le 31 décembre devant les télévisions à l’occasion des vœux de bonnes années, fait partie de cette grande démonstration. Le Parti Socialiste se réclame de Gauche vient de franchir un cap historique dans son histoire et l’Histoire de la République Française. C’est que vrai que le Parti socialiste est de droite, mais je devais trouver une expression péjorative, chose désormais faite.

Si le Parti Socialiste a choisi la voie qu’il emprunte actuellement, il doit assumer son choix. Cela passe par le désir de toutes les personnes qui appartiennent à la gauche, la vraie, de réaliser une expulsion idéologique du Parti socialiste. Mais ce n’est pas nouveau la logique utilisée est la même que celle employée par le SPD en Allemagne, le PASOK en Grèce, le PSOE en Espagne ou le Labor Party en Grande-Bretagne. Ce n’est pas pour rien que tout ces partis ont une volonté commune : celle de sortir de la IInde Internationale. L’Alliance Progressiste fondée le 22 mai 2013 à Leipzig est le nouveau concept du social-libéralisme. À la différence du rassemblement de la IInde Internationale, ce rassemblement « socialiste » se veut sans socialisme et sur néolibéral. C’est pour cela qu’ils ont appliqué la politique de l’austérité.

Le vieux Jaurès, qui était à l’initiative de la création de la SFIO, même s’il se considérait comme un réformiste, n’aurait jamais souhaité que l’évolution du Parti qu’il a crée se fasse dans le but de casser les classes ouvrières et moyennes-basses. La lutte contre la bourgeoisie est belle et bien finie, puisque c’est la bourgeoisie qui contrôle le Parti Socialiste et qui impose sa logique néolibérale. La lutte des classes continue, mais les rapports ne seront plus les mêmes.

Jaurès aurait répété : « Le courage, c’est de chercher la vérité et de la dire, c’est de ne pas subir la loi du mensonge triomphant qui passe ». Ils essayent de nous faire croire qu’un mouton, c’est une vache alors il est nécessaire de réagir. Les faits sont là dans de ce monde de crise systémique. C’est d’affirmer que le Parti Socialiste est parti Bourgeois et de la minorité qui détient les capitaux, c’est bien l’allié de la Finance.

On va me rétorquer sur deux points qui ont marqué l’actualité en 2013 : l’éco-taxe et la taxe à 75%. Pour l’éco-taxe, c’est l’application stricte du principe pollueur-payeur même si la forme de cette taxe est sous la forme d’un PPP. Ensuite pour la taxe à 75%, il n’y a pas de quoi faire un scandale puisqu’elle touche les 2,5 Millions les plus riches, c’est juste une tranche de plus dans l’impôt. Mais il y a un soutien difficilement acceptable aux amis du PS, qui ont sabré l’état en abaissant l’impôt des 100 Mds d’euros et créé le déficit public de la République Française.

La Drauche, c’est vrai que c’est laid comme mot. Mais la politique du PS est aussi d’une certaine laideur. En pleine crise médiatique de l’antisémitisme et de la liberté d’expression, François Hollande a décidé de reprendre à compte le programme de l’UMP dont la mesure phare de Jean-François Copé est la gouvernance par Ordonnance comme le prévoit l’article 38 de la constitution. Il a prévu aussi de renforcer la cogouvernance avec le syndicat Patronal.

Avant je me posais la question :  « le PS est-il encore de Gauche ?», le temps y a répondu.

PLB

Combattons le PS comme nous avons combattu l’UMP

sarko-hollande-sarkozy-hollande-sarko_933729Cela devient de plus en plus récurant et consternant, les citoyens pensent encore que le Parti Socialiste est de gauche sur l’échiquier politique.  C’est vrai que le nom est trompeur, le mot « socialiste » est bien une référence de gauche, je le conçois. Pourtant entre le nom qu’il porte et les actes réalisés, c’est le jour et la nuit. Le mot « socialiste » est dénaturé de son contexte. Le Parti Socialiste est bien un parti de droite, je le conçois, je le dis et je l’affirme encore une fois de plus. La politique du Parti Socialiste est ratée, toute fois, c’est une très bonne politique pour ceux qui votent à droite : ANI, CICE, loi FIORASO, etc. Toutefois, il y a eu la « loi Taubira » sur le mariage pour tous, qui est le seul élément positif depuis le début du quinquennat.

Faut que j’admette que ce n’est pas nouveau  que je m’en prenne autant au Parti Socialiste, j’ai l’occasion d’écrire : « Le PS est-il encore de Gauche? » () :

Le libéralisme de « gauche », ces dernières années s’est accentué sur des valeurs très particulières. Papandréou, Barroso, Zapatéro, Schröder, etc. , sont considérés comme des socialistes et des hommes de gauche. Une gauche basée sur un socle en béton armé des idéologies et des dogmes de droite et d’extrême-droite. Le social-néolibéralisme est en marche, pour une politique de droite, des valeurs de droite, un concept de droite, mais une étiquette de gauche.

J’ai pu écouter comme tout le monde les vœux du Président de la République. Mais je trouve cela consternant, nous allons droit dans le mur, il n’y a pas de mesure de gauche, uniquement les remèdes de droite à travers la rigueur, l’austérité, etc.  La politique que nous avons subie, continuera un peu plus chaque jour fait gonfler l’extrême droite. À titre personnel, je n’ai plus rien à attendre du Parti Socialiste, des élus socialistes qu’ils soient députés, sénateurs, conseillers régionaux ou généraux ou conseillers municipaux. Je pense qu’il faut être franc à ceux qui me lisent, je combattrais le PS et sa politique comme lorsque j’ai combattu la politique de Nicolas Sarkozy. Il y a peut-être quelques bons élus au Parti Socialiste, mais je pense que s’ils sont de gauche, ils doivent rendre leur carte et aller au Front de Gauche.  Libre à ceux de croire qu’Hollande pourra changer quelque chose.

On pourra dire que je suis un gauchiste après avoir lu « le Cri du Peuple », mais non, je vous rassure que non, je ne suis pas malade. Je suis juste droit dans mes bottes. Il en faut dans ce monde de politique où certains ne marchent pas droit et n’ont pas vraiment une vision bornée de leurs idées (sans être sectaire). Il est essentiel d’ouvrir le débat, pour que le Front de Gauche puisse se renforcer de la désillusion du Parti Socialiste afin de rassembler les déçus de gauche qui souhaite une vraie gauche pour une vrai alternative et une politique anticapitaliste.

Pour pallier à cela, à cette mascarade d’un « socialisme » qui a le gout de la droite patronale, il faut se retourner dernière notre drapeau rouge ou noir. « La commune n’est pas morte » écrivait Eugène Pottier est mis en musique sur l’air de T’en fais pas Nicolas de Victor Parizot, le « Socialisme n’est pas mort » pourrait-on dire pour se rappeler qu’il y a bien eu des expériences qui ont fonctionné et mis en avant que le Capitalisme n’est le saint-système, mais plutôt l’origine de tous les problèmes.

Lorsque les zapatistes se soulèvent pour faire face au néolibéralisme, ils mettent en avant un système alternatif proche de l’autogestion et de l’auto-organisation sans passer par le pouvoir de l’état à travers un ensemble de Commune, ils nous ont dits le 21 décembre 2012 à travers une grande manifestation que le néolibéralisme annonçait la fin d’un monde et que la construction est ailleurs.

En partant de ces deux faits-là, la Gauche et l’Extrême Gauche doivent lutter contre le Capitalisme pour en sortir et appliquer un programme que les classes populaires et moyennes adhèreront de manière nette. Avancer avec une vision à long terme. La révolution ne se fera pas en un jour, j’en suis persuadé.

Je pense que l’on ne peut faire de compromis avec ceux qui cassent les luttes ouvrières et les classes populaires et moyennes. Je pense qu’il faut que chacun insiste pour dire haut et fort, le PS est un parti de droite.

PLB