Les manifs sauvages de la Police Nationale

    @LaTaupeEnragée, le 20/10/2016

Plus rien ne va au sein de la Police Nationale. Ces derniers ont manifesté sur les Champs-Élysées. Hier soir, ils ont remis cela sous les chants sanguinaires appelant les « citoyens » à descendre dans la rue.

Read more « Les manifs sauvages de la Police Nationale »

Quand Hollande ressort la « Garde Nationale » des vieux tiroirs

creation-de-la-garde-nationaleLa garde nationale en France n’est pas quelque chose de nouveau, elle existe depuis la « Révolution Française » de 1789. Il s’agit à la base de « milices populaires ». Celle-ci avait été dissoute après l’expérience de la Commune de Paris et le massacre de Semaine Sanglante.

Read more « Quand Hollande ressort la « Garde Nationale » des vieux tiroirs »

Les manifestations nassées, une idée réactionnaire

DSC05274
Une nasse près de l’Assemblée Nationale. Pierre Le Bec – Révolution Et Libertés ©

Le gouvernement s’illustre selon le discours officiel pour empêcher tous débordements au sein des manifestations. Il applique un système de filtrage important permettant l’arrestation de personnes considérées comme susceptible de participer à des débordements.

Read more « Les manifestations nassées, une idée réactionnaire »

La manifestation de l’extrême droite : Alliance et FN bras-dessus, bras dessous

Avant-Hier, les flics manifestaient, Place de République contre la « Haine Anti Flic ». Rejoint par la droite extrême et l’extrême droite antirépublicaine. Les différentes corporations syndicales, sont responsables de 2000 à 3000 blessés dont près de 200 très graves.

Read more « La manifestation de l’extrême droite : Alliance et FN bras-dessus, bras dessous »

Recep Erdoğan met en place de nouvelles purges dans les secteurs bancaires, télécoms et télévisuel.

BN10506Manif-contre-Erdogan0613La Turquie de Recep Erdoğan poursuit la totalitarisation de son système politique. Les purges continuent. Tous les secteurs de l’état y passent : l’armée, la police, la justice. La démocratie selon les islamo-conversateurs c’est-à-dire l’extrême droite c’est ni plus ni plus que la dictatorisation de la société.

Les contestations sont réprimées de manière sévère comme hier soir sur la place Taksim. C’est que le Premier ministre turc essaye de trouver une argumentation, mais la sienne est au bord du complotisme, c’est plus facile d’expliquer en trouvant des raisons pour les imbéciles. Le tout est de maintenir le pouvoir de ce dictateur.

Après les sommations d’usage (à caractère exceptionnel), la police est intervenue pour disperser les manifestants, qui ont répondu par des jets de pierres ou en érigeant des barricades. Plusieurs personnes ont été interpellées.

Les nouvelles purges dans les secteurs bancaire, télécoms et télévisuel se mettent en place. La Bureaucratie d’Erdoğan commence un bras de fer avec son peuple. Le tout, c’est qu’il est au cœur d’un scandale politico-financier dont il allègue les origines à la police, l’armée ou encore la justice. Mais le fait de trouver un bouc-émissaire ne fonctionne pas. Le peuple est en colère.

Depuis le 17 décembre, plusieurs dizaines de patrons, hommes d’affaires et élus considérés comme proches du Premier ministre ont été inculpés et/ou incarcérés pour fraude, blanchiment d’argent et corruption.

La révolte commence à faire ses effets, mais démontre bien que l’autoritarisme d’un état ne peut qu’entrainer l’émancipation du peuple, et cela, par quelque moyen que ce soit. La dispersion des manifestations via les chars à eau continue, on se demande s’il ne va pas faire comme les rebelles ou les pro-Bashar en Syrie, remettre des produits chimiques dedans comme ça été le cas.

Les adversaires d’Erdoğan, au pouvoir depuis 2003, estiment qu’en répliquant avec force à ce qu’il qualifie de tentative de « coup d’État judiciaire » va détruire l’indépendance de la justice, de la police et des médias, comme le souligne Reuters.

Il est d’une nouvelle fois d’appeler de mon soutien le plus fort à une démocratie vraiment libre en Turquie, à la fin des purges et la libération des prisonniers politiques.

PLB