En PACA, LR et FN votent contre les réfugiés

estrosi-fnLe Conseil régional de la Provence-Alpes-Côte d’Azur (PACA) a voté une motion contre les réfugiés à la demande de Marion-Maréchal Le Pen, les collaborateurs de Christian Estrosi ont répondu à l’appel.

Read more « En PACA, LR et FN votent contre les réfugiés »

La primaire de la droite converge avec le FN

primaire-du-centre-et-de-la-droite-et-du-fnLes discours des candidats à la primaire de la droite et du centre se sont fixés dans un cadre religieux, identitaire et sécuritaire. La droite décomplexée disait autrefois : « il faut qu’on arrête d’être l’un des pays les plus attractifs pour les immigrés ».

Read more « La primaire de la droite converge avec le FN »

Marine Le Pen perd son procès face à Guy Bedos

2159828-focus-wideSi Guy Bedos n’est pas vraiment du goût de ce blog, puisqu’il n’en partage pas tout à fait les idées politiques qui y sont répandues (ses blagues et propos sexistes sont à combattre). il a déclaré dans un meeting contre le racisme, que Marine Le Pen faisait « la campagne d’Hitler ».

Read more « Marine Le Pen perd son procès face à Guy Bedos »

L’extrême-droite revient sur ses positions eugénistes

Des images du camp bombardé de Sarmada. REUTERS TV / REUTERS
Des images du camp bombardé de Sarmada. REUTERS TV / REUTERS

L’extrême-droite (de Nicolas Sarkozy à Jérôme Bourbon) assume de manière assez franche la théorie du remplacement. Si cette dernière doit le nom à Renaud Camus.

Read more « L’extrême-droite revient sur ses positions eugénistes »

La manifestation de l’extrême droite : Alliance et FN bras-dessus, bras dessous

Avant-Hier, les flics manifestaient, Place de République contre la « Haine Anti Flic ». Rejoint par la droite extrême et l’extrême droite antirépublicaine. Les différentes corporations syndicales, sont responsables de 2000 à 3000 blessés dont près de 200 très graves.

Read more « La manifestation de l’extrême droite : Alliance et FN bras-dessus, bras dessous »

A Morlaix, les agriculteurs se sont trompés de cible

la-msa-et-le-centre-des-impots-incendies

J’ai un peu de retard dans mon article …

Les bonnets rouges et la FNSEA (Syndicat des grands exploitants agricoles) ont fait une action coup de poing à Morlaix sur fond de crise pour dénoncer la surproduction, les impôts et cotisation sociales et l’embargo de la Russie sur la France, la grande distribution.

D’ailleurs ces derniers temps, les différents slogans n’allaient pas dans le progrès social et l’évolution vers le haut de la société. Leurs mesures sont d’ailleurs les mêmes que celle du MEDEF, ce qui est tout à fait normal. Ces mêmes exploitants agricoles qui incendiaient les portiques écotaxes au nom du droit de polluer le sol et de déverser des pesticides s’en sont pris durant le week end à la MSA (Mutualité sociale agricole) et l’Hôtel des impôts de la ville de Morlaix.

La colère gronde, je le sais très bien, je peux le comprendre, ils ont décidé pour exprimer leur colère de déverser toute leur surproduction devant les établissements publics pour que cela fasse avancer les choses. Mais, quand ces gens-là ont la fibre poujadiste, zéro charge, zéro impôt, tout pour eux, tout pour leur intérêt en cassant tout de manière individualiste et nombriliste alors ils sont face à un mur. La crise tout le monde y est confronté et particulièrement les classes populaires. Mais, il va de soi que les intérêts ne sont pas du tout les mêmes, pour ma part je soutiens la Confédération Paysanne et le Mouvement de défense des exploitants familiaux. Il y a sens dans ces deux syndicats agricoles de revenir à la terre avec une vraie logique pour combattre la crise financière dont le seul responsable est la finance. Lorsqu’on s’en prend à des symboles, il faut toucher les bons symboles, là ce n’est pas le cas et pour ma part je ne peux pas soutenir cette action-là qui est un vrai gaspillage de temps et d’argent.

Au niveau des bâtiments, ils y ont mis le feu, ce qui a créé de sérieux dégâts avec un très lourd bilan financier. Cela ne fait rien avancer et n’affecte pas du tout les responsables en particulier. Je dirais même les actionnaires de la grande distribution se frottent les mains, ils viennent de réussir à ridiculiser les agriculteurs. « A quoi ça sert de tout casser ? Ils feraient mieux de proposer des solutions », lançait samedi un commerçant vraiment énervé.

En détruisant leur production, ils ont réduit leur stock et ont tenté de supprimer la surproduction. La baisse des quantités fait obligatoirement augmenter les prix, c’est la loi de l’offre et de la demande. Mais est-ce que cela va réellement leur profiter, évidemment que non, les actionnaires des grands groupes vont passer là et l’augmentation se transformera en hausse du chiffre d’affaires et donc  des dividendes.

Les communiqués

Et pourtant la FDSEA à travers Thierry Merret déclare que : « Les producteurs sont payés 7 centimes pour un produit vendu 7 euros en grande surface. Un paysan qui fait actuellement de l’échalote la vend 6 centimes le kilo. Vous allez la retrouver dans la grande distribution à 3,50 euros les 500 grammes« . Mais soyons réalistes, l’état n’est pas la grande distribution, à moins que la FDSEA soit aveugle, ce qui est sûrement le cas. Mais il est plus facile de s’attaquer à l’état et aux citoyens que de s’attaquer à la grande distribution. Pendant ce temps-là, la grande distribution va bien, le Medef se porte très bien. Mais la FNSEA n’aurait jamais pu s’en prendre à ses confrères. Puis il rajoute qu’il « tire un coup de chapeau à ceux qui ont osé faire ce qu’ils ont fait […] Il faut relativiser, il n’y a pas eu mort d’homme, c’est une forme de témoignage pour dire: « Écoutez nous ». Au-delà des légumes, c’est la mort des chefs d’entreprise ». Au moins les choses sont claires.

Le syndicat FSU-Finances dans un communiqué dénonce « cette attaque contre le lieu et les outils de travail des personnels en charge des missions du service public économique et financier. » Il rappelle que « Les agents des finances publiques ne sont pas les décideurs de la politique agricole européenne et ni de fiscalité et nationale, s’attaquer à eux ou à leur outil de travail n’est certainement pas la bonne réponse aux maux vécus par les agriculteurs. » Le FSU-Finances revendique par cette occasion que « les pouvoirs publics et nos ministres prennent toutes les mesures pour protéger les personnels des services publics fiscaux et financiers.« 

Le maire de Morlaix avait déclaré « quelque chose qui mûrit depuis des semaines, depuis des mois sur une conjonction d’événements : la baisse de la consommation, la surproduction, la baisse des cours, l’embargo russe, les charges sociales de plus en plus accablantes« . tout en soulignant que le gouvernement était atteinte d »autisme ». L’autisme est une maladie, les malades ont le droit au respect, ce mot témoigne de la vision réactionnaire.

Le parquet a décidé d’ouvrir une enquête afin d’identifier les personnes qui ont participé à cette événement

L’UMP souhaite interdire tout mouvement opposé à l’extrême droite

598
Qu’est -ce que l’action Antifasciste ? écrit en 1932.

La proposition de loi n°2205 tend « à élargir les conditions de dissolution des associations ou groupements de fait tels que les groupes « antifas » ». Elle est déposée par l’UMP et notamment les plus proches de la « manif pour tous » et des mouvances de l’extrême droite dont la manifestation se terminant aux invalides fut une gigantesque émeute avec le soutien de l’UMP notamment. Puis à titre d’information, c’est un attaché parlementaire de l’UMP qui a organisé la manifestation antisémite le « jour de colère ».

Ces derniers temps, la droite converge comme une certaine partie de la presse avec l’extrême droite, il n’en demeure pas moins qu’à défaut de mettre en avant des faits, il s’agit uniquement du Vendredi 14 février à Nantes où la soirée a manifestement dérapé. Mais, la mouvance antifasciste dans sa majorité hormis des cas isolés a toujours manifesté dans le calme et la sérénité. Ces allégations servent à la bourgeoisie de protéger son oppression contre les masses et de préparer le terrain au Front National.

Des groupes préparés, entraînés, équipés, profitent régulièrement d’évènements ou de manifestations pour semer le trouble, portant atteinte aux biens et aux personnes, en particulier contre les forces de l’ordre et les institutions publiques.

Dans une lutte sécuritaire et autoritaire, la bourgeoisie n’hésite pas à comparer l’antifascisme à Action Directe, mais on pourrait comparer la politique de l’UMP à celle que faisait Georges Besse quand il était PDG de Renault. Les manœuvres de l’UMP tout comme George Besse pour obtenir le maximum de dividendes conduisent des centaines de travailleurs à se suicider chaque année sur leur lieu de travail. Mais le problème qui se pose, au delà de la renommée que peut avoir AD, l’UMP souhaite dissoudre une idéologie, chose qui demeure impossible.

L’Action Antifasciste existe depuis 1934. Elle a survécu au nazisme, au fascisme, au pétainisme, au franquisme. Autrement dit ce n’est pas les petites magouilles de l’UMP qui changeront quelque chose dans le fond.

A propos des blacks blocs, ils n’ont aucune existence physique et sont spontanés, autrement on ne peut dissoudre un collectif spontané.

Cet article est le fondement juridique pour la dissolution d’organisations n’ayant aucune existence juridique, comme ce fut le cas pour le groupe terroriste « Action directe » en 1982 ou encore pour les groupes « Black Bloc » actuellement.

Ainsi il affirme leur volonté de permettre la dissolution qui porte atteinte à tout un ensemble de catégorie spécifique. Il existe déjà des législations. Mais face à l’austérité, la contestation également de l’austérité, il y a évidemment une crainte d’un embrasement général. Or, il va de soi que les réactions sont souvent le fruit même de la politique ordolibérale dont l’UMP en est responsable. Il y a une urgence évidente, car que ce soit en Grèce, en Espagne, ou en France la droite semble inexistante, elle s’est transformée au sein de l’extrême droite.

Il semble donc nécessaire de faire évoluer la législation afin de permettre la dissolution de toutes associations ou groupements de fait portant atteinte aux biens privés, au mobilier urbain, ou à l’intégrité physique des forces de l’ordre.

Alerté à plusieurs reprises, le gouvernement n’a pas daigné répondre aux questions de la représentation nationale. Il revient donc aux parlementaires de se saisir de cette urgence.

Du coup on pourra noter leur proposition qui devrait s’appliquer à la FNSEA et aux Bonnets Rouges au vu de ce qui s’est passé à Morlaix :

L’article L. 212-1 du code de la sécurité intérieure est complété par deux alinéas ainsi rédigés :

« 8° Ou qui portent atteinte à l’intégrité physique des forces de Police ou de Gendarmerie ;

« 9° Ou dont les agissements entraînent une dégradation, destruction ou détérioration de biens appartenant à autrui. »

La Bastille nous appelle à entendre le cri du peuple !

Lallemand_-_Arrestation_du_gouverneur_de_la_Bastille_-_1790La prise de la Bastille est certainement une des étapes qui marque le plus la Révolution Française. Si la Bastille a été démolie, aujourd’hui l’endroit reste un symbole. C’est « le » moment de l’histoire qui a permis la chute de la monarchie quelle que soit sa distinction.

Pourtant, la monarchie n’est pas réellement décédée au sein de notre pays. Notre Président est devenu un monarque républicain. On l’élit tous les cinq ans. Ensuite comme les élections législatives de l’Assemblée Nationale tombent en même temps que celle des Présidentielles, les majorités sont nécessairement identiques. Ainsi, le Président se voit acquérir les pleins pouvoirs malgré la constitution de la Cinquième République. En effet, le Président de la République Hollande ou Sarkozy ou les suivants possèderont les pouvoirs du Président et de celui du Premier ministre. Le Régime n’est donc plus parlementaire, puisque le chef du gouvernement n’est pas le Premier ministre, mais le président de la République. Et voilà nous sommes revenus à l’époque des monarques.

D’autant que les différentes affaires qui secouent le pouvoir ces derniers temps, ont permis de remettre en cause le modèle Républicain Français entre sa base citoyenne et les élus. Il ne suffit plus mettre la cocarde tricolore et la devise de Robespierre pour faire passer l’idéal Républicain pour quelque chose d’autre. Lorsque les êtres humains quel que soit leur genre ou leur apparence pour quelque motif que ce soit ne sont pas égaux en droit, la déclaration des droits de l’homme et du citoyen n’existe donc plus.

D’ailleurs que l’on se le dise aussi la « République » de Platon est très éloignée de ce que l’on aspire. Robespierre énonçait dans le discours sur la gouvernance de la République, le 10 mai 1793 : « Il est un moyen général et non moins salutaire de diminuer la puissance des gouvernements au profit de la liberté et du bonheur des peuples.« 

La Cinquième République avec toutes les révisions des 20 dernières années a plongé la France petit à petit dans un déni républicain total. Comment les Français peuvent-ils croire en une République si elle n’existe plus ? C’est une question existentielle, qui pourra résoudre tout un ensemble de problématiques, mais aussi faire barrage aux idées antirépublicaines et versaillaises de l’Extrême-Droite. Le malaise vis-à-vis de la République est tellement fort que tous les symboles sont abandonnés au profit des monarchistes, des royalistes, des pétainistes, et autres. Comme chacun le sait, chacun le conçoit, historiquement l’extrême droite a toujours été opposée à la République. Les épisodes du début de la Troisième République en sont une démonstration avec l’affaire Mac-Mahon.

Ainsi, pour être République et être fier de l’être, il est essentiel de remettre sur la table toutes les mesures qui nous rassemblent. Une Sixième République ne pourra voir le jour sans un débat de fond, sans une réappropriation des valeurs républicaines. Il ne faut plus avoir honte de porter les couleurs, les drapeaux ou les devises de ceux qui sont tombés pour que puissent vivre la République Française. Laisser ces symboles à d’autre, c’est littéralement oublié l’Histoire de France.

L’international énonçait « Ni Dieu, ni César, ni tribun« , incite nécessairement à la remise à plat de la démocratie. Une démocratie présidentielle, n’est pas une démocratie, mais bien une dictature déguisée où la parole du peuple est renouvelée tous les 5 ans avec obligation de se soumettre au pouvoir politique. De ce fait-là, j’appuie une République avec une démocratie participative ou directe dans l’idéal.

De ce fait-là, la Bastille nous appelle encore une fois. Non, ce n’est pas pour faire le trajet : Bastille-Nation, Bastille-République. Il s’agit de s’attaque au système des monarques en faisant tomber le bâtiment qui y ressemble le plus. Quant au cri du peuple, celui-ci s’organisera dans le bien de celui-ci. Ainsi pour construire ensemble la Sixième République, cela passe par le non-renoncement à nos valeurs, pour pouvoir ainsi regarder de manière sereine.

Pierre Le Bec

Boycottons médiatiquement l’humoriste de la main d’or.

1525677_470250713085012_1780923845_n

Vous avez dû le voir ces derniers temps, les polémiques de l’humoriste du théâtre de la main d’or ne cessent d’alimenter la masse-média. Beaucoup de mes confrères ont pris des positions fermes à travers leur blog à son sujet. Je salue leur courage, au vu de la gravité de la situation. Pourtant, une chose dans ces différentes chroniques m’attire l’œil. Construire une argumentation contre cette personnalité en utilisant son nom et son prénom entre dans le cadre d’une publicité gratuite et entretiens nécessairement le personnage dans ces scandales. Alors j’ai refusé de parler de lui, afin de ne pas le renforcer, c’est un choix politique.

Il est évident que si son humour est orienté autour du complot « judéo-maçonnique » et du « sionisme ». En profondeur de ces sketchs, il y a bien l’idée du complot du « pouvoir juif mondial » lancé par l’extrême droite européenne dans les années 30. Le recyclage des idées qui a construit l’entre deux guerres est en marche forcée. Sous un air trompeur de critiquer le sionisme et autre forme s’y ressemblant, il utilise ses tribunes pour diffuser un antisémitisme rompant. D’ailleurs lorsqu’il a déclaré au sujet de Patrick Cohen, journaliste à France Inter : « Moi, tu vois, quand je l’entends parler, Patrick Cohen, j’me dis, tu vois, les chambres à gaz… Dommage. » . Ces tribunes sont pensées à tête froide, il ne s’agit pas d’une erreur, mais bel et bien du fond de sa pensée.

Il se prétend d’ailleurs comme opposant au système, lui qui vient d’empocher près de 800 000 euros à l’année, mais quel système ? La logique est la même lorsqu’il prétend se battre contre « le sionisme ». Ce terme très proche du novlangue renvoie inconditionnellement à deux transformations de phrase, lorsqu’il affirme « je suis antisystème », il dit en réalité « je suis antisémite » ou encore lorsqu’ils parlent des sionistes, il parle des « Juifs ».

Mais tous cela n’est pas un hasard, les éléments se recoupent les uns après les autres. Il a tout de même fait applaudir le négationniste Robert Faurisson par 5.000 personnes au Zenith en 2008.

À la question de l’extrémisme des amitiés du personnage, on y trouve des solidaristes comme Serge Ayoub, des nationaux-socialistes pour reprendre l’expression d’Alain Bonnet de Soral et autre. Autant dire que le cercle privé est très clair sur la vision politique de cette personne.

Quant à la question de la Palestine, que ce soit l’UJFP, l’AFPS, le BDS, les positions ont été affirmé par ceux qui défendent au plus proche la souveraineté totale d’un état palestinien, Dieudonné ne peut soutenir l’action des Palestiniens, si c’est pour soutenir la même logique d’apartheid que l’état israélien, c’est-à-dire le racisme et la ségrégation entre les Hommes.

Avec ses amis et ses partisans, ils parlent sans cesse de la liberté d’expression pour diffuser le discours largement antisémite. Il m’arrive souvent de penser à cette déclaration des droits de l’homme de 1789 notamment ses articles IV, X et XI ; une œuvre restée trop souvent dans les tiroirs de ces personnes. Il y trouverait sur l’écrit tout poussiéreux, encore faut-il qu’il la possède, toutes les réponses à ce faux-débat. D’autant plus que l’antisémitisme est un délit. Les agresseurs restent des agresseurs.

Sur le plan de l’interdiction de ces spectacles, je pense que c’est une erreur, si la loi actuelle contre le racisme était appliquée, il n’y aura pas autant de dérive, maintenant puisque c’est une réunion publique, il est normal qu’elle soit soumise à la question du trouble à l’ordre public.

De nombreuses personnes reprennent en cœur le symbole de « la quenelle » dans l’optique de dénoncer un système, mais quel système ? Les pistes de réponse sont au sein des spectacles et des discours politiques de ce dernier. Mais au vu de l’allure du texte, il n’y qu’une réponse possible celui de l’antisémitisme.

Alors comme les solutions sont simples, il ne s’agit ni plus ni moins que l’action dans le boycott, c’est-à-dire d’éviter de relayer toute information à son sujet. C’est le vide abyssal dont il a besoin. Que cela soit dans nos critiques et dans nos réactions, nous devons être silencieux. Le silence sera son cercueil médiatique.

PLB