La fête de l’Humanité 2017

À quelques jours de la promulgation des ordonnances concernant le droit du travail par le président de la République, la fête de l’Humanité se tient dans le parc d’Aubervilliers. Un lieu progressiste où se rencontre de nombreux sociaux-démocrates, mais aussi des communistes et quelques anarchistes.

Read more « La fête de l’Humanité 2017 »

Fête de l’Humanité 2015

DSC02928
Pierre Le Bec – Révolution Et Libertés ©

La fête de l’Humanité est le rendez-vous annuel et national de la Gauche en France. Elle a lieu toujours le deuxième Week-End de septembre. Il s’agit d’une grande Kermesse populaire regroupant près de 550 000 personnes. La Gauche était là et pas ailleurs, c’était prévu depuis plus d’une année, les évènements organisés de manière spontanée n’ont forcément eu que très peu d’échos au sein de la Gauche.

Mais cette année sonne un peu différente, en effet l’échec d’Alexis Tsipras est présent dans les têtes. Le Premier Ministre grec s’était couché devant la Troïka pour faire adopter en catimini un troisième mémorandum avec l’aide de la droite pro-austérité et esclavagiste. C’était sa décision, son choix contre l’avis du Comité Central de Syriza.

Face à l’avancement du MEDEF et de la droite en faveur des aides aux actionnaires et des mesures qui vont développer le chômage puisque aujourd’hui, il n’y a pas de demande donc les entreprises coulent les unes après les autres. Le Saint-Esprit de la Finance tant vanté par les économistes libéraux et patronaux n’existent pas. Le rapport de force augmente de plus en plus. S’il est moins défavorable aux classes populaires, une transformation s’opère doucement.  12.5 % du PIB sont utilisés directement dans l’aide aux grandes entreprises, aux baisses de cotisations sociales et les crédits d’impôt.

Le chômage parmi les travailleurs augmente toujours un peu plus, alors que les dividendes explosent. Le capitalisme est une machine à accaparer la richesse des autres. La crise systémique actuelle commencée sous Sarkozy amplifiée par ses mesures néolibérales et ses cadeaux aux banques sur le dos des travailleurs, se poursuit avec la Politique de François Hollande. La droite dans son intégralité vante aujourd’hui l’idée du libre-échange, de la liberté d’entreprendre, la politique de l’offre. Ces politiques coûtent manifestement cher. L’État n’a aucun moyen de contrôle sur ces aides qui servent manifestement à une minorité dans les sociétés capitalisées. La dérégulation systématique de l’économie génère de plus en plus d’instabilité au niveau du marché du travail, mais aussi se caractérise par le recul de la demande.

En recherchant le marché parfait, les libéraux se sont fixés pour objectif la casse du Code du Travail remettant en cause les règles fondamentales protégeant les salariés. En effet, le Code du Travail a augmenté sous la droite et les libéraux, ces derniers ont augmenté les dérogations augmentant ainsi la taille de ce Code. Une nouvelle fois, la volonté de rendre flexible le code rend encore plus compliquer ce dernier. Cela ne crée pas d’emplois, mais fragilise les emplois actuels en augmentant le nombre de chômeurs.

Aujourd’hui, il y a de plus en plus de chômage. En Angleterre, les tories se réclament du « parti des salariés » après avoir créé les contrats « zéro heure » autrement, dit « les contrats larbins » et la généralisation de l’emploi précaire à temps partiel. Une hypocrisie qui s’explique par la montée du parti travailliste. Celui-ci s’est rénové en changeant de doctrine économique, le retour au Keynésianisme s’explique par une société devenue de plus en plus dure où le Darwinisme social est omniprésent.

Les libéraux en fonctionnant de manière individualiste sont aller jusqu’à renier l’Être Humain, c’est-à-dire leur propre espèce. Là où la quasi-totalité vit des animaux en groupe, en collectif. Les libéraux ont pour objectif d’opposer l’être humain à sa propre espèce, c’est-à-dire un contre tous. Les arguments développés par les libéraux seraient que l’individualisme serait une façon de pérenniser la société puisque la somme des désirs individuels serait celle de la société, alors que les désirs sont différents selon les personnes.

À la différence des autres fêtes de l’Humanité, j’ai pu profiter un peu des concerts de la Grande Scène notamment de Soviet Suprême sous un temps correct alors que celui de Tiken Jah Fakoly s’est fait sous le déluge. Si la pluie était omniprésente pour cette édition, cela n’a pas empêché en aucune manière de prendre plaisir, quitte à avoir les vêtements détrempés. J’ai eu la chance également d’écoute ZEP (Zone d’Expression Populaire) au stand du PCF à Saint-Denis. Quant au concert de Manu Chao, je regrette d’être si cru, mais les mouvements de foule n’ont pas été contrôlés par la sécurité de l’organisation alors que la boue. Aucune mesure n’a été prise pour empêcher les personnes de venir alors que la Grande Scène était pleine à déborder. Cela aurait pu virer au drame. Le lendemain, je suis allé au concert de la famille Chedid.

J’en ai profité pour élargir toujours un peu plus ma bibliothèque politique :

  • Pierre Ivorra – La finance au pas, ce qu’il faut savoir sur la finance pour la combattre
  • Julian Mishi  – le Communisme désarmé, le PCF et les classes populaires depuis les années 1970
  • Le Nouveau Manifeste des Économistes Atterrés

Vous pouvez utiliser, partager les articles et les traductions de Révolution et Libertés en précisant la source et en ajoutant un lien afin de respecter le travail. Pour toute information supplémentaire : revolutionetlibertes@gmail.com

La Fête de l’Humanité 2014

fete_de_l_huma_2014_band-20206Pendant quelques minutes de temps libre dans cette fête de l’Humanité, j’ai pensé à écrire un peu pour ce joli petit blog.

La gauche radicale est rassemblée

Il faut dire que la fête de l’Humanité est l’occasion pour la gauche radicale de se retrouver et de débattre ensemble afin de faire avancer le grand mouvement progressiste. Sous un ciel bleu sans nuage (l’année dernière c’était plutôt déluge et piscine), la réponse donnée à la politique néolibérale du gouvernement de Manuel Valls est claire, nette et précise : il faut rompre avec l’austérité et sortir de la logique des marchés financiers. L’idée de l’Humain d’abord suit sont chemin, il se retrouve pleinement dans la plateforme m6r.fr lancée il y a quelques jours à l’occasion de la sixième république. Toutefois, ce n’est pas la sixième république telle que nous la mettons en avant qui fera avancer les choses, ce sont les arguments de fond. Ainsi, seul le contenu constitutionnel que nous porterons avec nous permettra de faire avancer la cause dans un sens bien précis. D’autant que seul un régime parlementaire « socialiste » pourra changer la donne dans cette crise où le tunnel est de plus en plus long. Les députés que l’on prénomme « frondeurs » étaient présents. Mais, jusqu’à preuve du contraire, ils ont soutenu l’idée de l’abstention, ce que je crois n’est pas une manière de créer une sérieuse fronde. J’affirmerai que ces personnes là feront réellement partie de la fronde quand ils voteront « non ».

[youtube https://www.youtube.com/watch?v=viht36rJBjU?rel=0&w=560&h=315]

On peut aussi constater que la fête en soi arrive à un bon moment. Les forces de la gauche radicale ont besoin de se soutenir mutuellement et de se dire qu’elles sont le seul espoir pour une sortie définitive de la crise capitaliste. Les coups portés par le gouvernement tout en osant se réclamer de la gauche nous ont tous affectés. Nous y avons tous perdu quelque chose. C’est l’heure de la reconstruction de la gauche radicale, forte et puissante, avec un projet concret et scientifique qui romp immédiatement avec la société capitaliste. Bâtir un grand mouvement n’est pas facile, nous le savons tous. Dans une grande partie des stands l’appel était au rassemblement (sauf le PRCF mais faut pas en vouloir à ses amis du national-bolchévisme). Nous assistons sans voix à toutes les alertes sur la catastrophe en cours de préparation. L’accaparement des richesses par une minorité de la population permet la continuation de la crise et d’accroitre le coût du capital, le chômage et la précarisation de masse, la dégradations des conditions de travail et la paupérisation de l’ensemble de la population. Tout ce qui nous manque, c’est essentiellement  une stratégie claire, une ligne fixée, et un chemin bien balisé.

Il convient aussi de rappeler que « le modèle allemand » de Mme Merkel est une imposture grandissante et une supercherie incroyable au vu de la mortalité supérieure aux naissances conduisant sur le long terme le déclin de la nation allemande.

La lutte contre l’extrême droite

La montée de l’extrême-droite néolibérale en France comme en Europe amène à reconsidérer nos positions sur le sujet. La troisième roue avance comme un cheval de troie cachée derrière sa xénophobie omniprésente. Sous la couverture de Marine Le Pen, l’extrême droite divise les travailleurs pour mieux appliquer des politiques d’austérité et de rigueur tout en démantelant de manière minutieuse chaque service public. Face à cela, il convient nécessairement de changer la stratégie d’attaque contre les idées rances et rassies. Si la rue est nécessaire et primordiale pour réaliser des démonstrations de force et aussi occuper l’espace public, deux autres facteurs s’imposent à cette lutte que nous avons parfois eu tendance à mettre de côté. La déconstruction scientifique des thèses du front national et la radicalisation des idées de gauche sont deux points consécutifs qui renvoient à des valeurs justes comme l’internationalisme. Je crois et je suis persuadé que la lutte antifasciste doit pouvoir s’emparer de tout un ensemble de thèmes de la gauche radicale.

Toutefois, je ne reviendrai pas sur la différence entre la terminologie extrême et radicale. En effet, il faut réellement politiser la lutte et se souvenir à cette occasion de l’origine de la lutte antifasciste qui était manifestement politique. Le 10-12 juillet 1932 l’action antifasciste se réunissant en Allemagne à l’appel du KPD sous la forme d’un congrès réunissant communistes, socialistes et sans-étiquettes. Ce qui conduit à une note concrète : « l’action antifasciste veut la lutte de masse de tous les travailleurs conscients, de tous les Combattants antifascistes de la liberté pour la défaite totale du fascisme hitlérien, pour la reconquête des millions de travailleurs trompés par les nationaux-socialistes.« 

La lutte internationale

Entre deux concerts cependant, l’idéal reste le communisme, il ne manque plus que le journal soit rattaché au parti pour mieux compléter le phénomène. Patrick le Hyaric sur France Info déclarait que le journal « de tradition communiste », dans l’idéal, si les forces du parti augmentent comme c’est le cas, alors il faudra sérieusement penser à développer le supplément semestriel du mercredi.

Les luttes sociales et les luttes pour les peuples à disposer d’eux-mêmes s’imposent face à tout ce que peut dire la pensée bourgeoise. Je pense entre autre à la Palestine qui a eu un large écho au sein de la fête après cinquante jours de bombardement volontaire à Gaza après l’enlèvement et l’exécution de trois personnes en Cisjordanie. Niveau géographie, c’était particulièrement moyen, encore une forme de démonstration que le nationalisme et la culture ça fait deux. La récente campagne de colonisation de 400 Ha montre l’aveuglement de l’élite israélienne assoiffée par le sang de la guerre et la volonté de commettre la guerre régulièrement. On a tous une pensée pour Marwan Barghouti, largement considéré comme le Mandela palestinien, nous en demandons sa libération immédiate ainsi que la libération de tous les détenus politiques.

Le contexte international nous fait penser aussi à nos camarades du KPU (Parti Communiste Ukrainien) en Ukraine. Ils subissent la violence du gouvernement nationaliste pro-européen qui s’est traduit entre autre par l’interdiction du parti et la mise en place de différents procès des plus politiques. Il convient aussi d’affirmer que l’analyse du KPU était la bonne, n’en déplaise à tous les réactionnaires. La nécessité de tenir un référendum pour choisir entre l’Europe et la Russie de manière la plus démocratique qu’il soit devait éviter la guerre civile. Une pétition à cet effet a été signée par près de 3.5 Millions d’Ukrainiens. Mais le président Porochenko et son premier ministre n’en ont pas décidé ainsi. Ils ont lancé une opération « anti-terroriste » contre la population de l’est mettant le feu à la poudrière et cela lui explose maintenant en pleine figure. C’est une démonstration de force de leur amateurisme géopolitique et diplomatique. Les nationalistes ont déclenché le processus de la Balkanisation de l’Ukraine, ils doivent pleinement l’assumer et remettre l’Ukrainien au centre du débat, tout comme l’être humain. Mais après la crise géopolitique, viendront les sacrifices pour la troïka où tout doit être avalé par la finance et les amis de Porochenko.

Dans ce monde en mouvement, on se doit de rappeler l’effort incroyable du PKK (Parti Communiste Kurde) à faire face à l’état islamique en Syrie et en Irak. S’il est toujours inscrit sur les listes terroristes, il reste néanmoins une des rares forces à combattre pour la reconnaissance du Kurdistan libre et souverain. La lutte du peuple Kurde a envoyé un nouveau message à Washington qui s’efforce d’éteindre ce qu’il a créé.

Il reste tellement d’autres luttes internationales à raconter, que je n’aurais jamais le temps de mettre en avant tous les enjeux. Mais je pense que seul une politique internationale respectant les peuples au plus haut point permettra de casser les différents systèmes hégémoniques en cours.

Le problème du journalisme

Aussi dans cette fête de l’Humanité, il convient de rappeler que les médias sont particulièrement désagréables. Je n’ai rien contre Jean-Luc Mélenchon, il a un certain talent dans la manière de faire de la politique. Quand il se déplace, toute la masse de journalistes lui tournent autour et bousculent les personnes par leur seul besoin de trouver la petite phrase piquante. Bref, j’aime bien le journalisme, mais ça ce n’est pas du journalisme, c’est agressif, c’est inutile, c’est le modèle de l’information en continue, qui a déshumanisé le journalisme. Pour ma part, il me parait que la refondation d’un journalisme humain et profond permettra d’y faire face. Mais aussi, pour que le journalisme soit humanisé, il convient de dissocier le journalisme du monde de la finance ce qui dans de nombreux journaux, radio ou encore chaine de télévision n’est pas encore le cas.

Divers

Sur l’ensemble de la fête de l’Humanité, je crois que les consciences sont vraiment réveillées. Comme dit ma citation de blog « Il ne peut y avoir de révolution que là où il y a conscience ». La lutte des classes est plus que jamais d’actualité. Sous-prolétariat, prolétariat, tous unis contre la petite bourgeoisie et la bourgeoisie. Du coup, j’en ai profité pour acheter essentiellement des livres : Le modèle allemand, une imposture de Bruno Odent, Démocratie de Georges Marchais, Génération VIè République de Nicole Borvo Cohen-Séat, puis en brochure gratuite que j’ai pris au stand de Die Link : La montée du parti d’extrême droite aube dorée en Grèce de Dimitris Psarras, Le miracle allemand de l’emploi un modèle pour l’Europe ? De Klaus Dörre. Puis, j’ai pris différents journaux dont le numéro spécial de l’Humanité sur la Palestine afin d’avoir les affiches.

Au niveau des livres, il me semble absolument nécessaire que je lise Le capital de Marx, son apport, son dépassement de Paul Boccara, malheureusement, je n’y ai pas pensé, mais un autre problème commence à se poser au fur et à mesure que j’avance dans ma quête politique.

Aussi au niveau des groupes de musique que j’ai pu voir, le groupe MILX (dont j’ai reçu une démo) et le groupe Lupin, m’ont paru sortir du lot. Mais bon, il y a tellement de groupes que je n’ai pas pu prendre aussi tous les groupes.

Au final, nous sortons de cette fête, qui rassemble près de 500 000 personnes,  la tête dans les nuages (oui il y avait quelques nuages dimanche matin) pour mieux repartir à l’attaque contre le capitalisme et continuer à faire des chroniques régulières de la société capitaliste et du monde néolibéral dans lequel nous vivons. J’ai pu passer un agréable moment avec mes camarades de Nanterre, même si je n’étais pas forcément au mieux de ma forme.

J’apprends aussi au petit-matin le projet post pacte de responsabilité du Medef agitant toujours le petit drapeau des 1 000 000 d’emplois au prix d’un retour fracassant de la condition des travailleurs à la fin du XIXième siècle. La flexibilité à 100 % pour des bénéfices et des dividendes toujours plus grands et une baisse accrue de l’investissement productif. Pour ma part, quand je vois ces nouvelles, je me dis que je suis fier et content d’être dans le courant de pensée.

Fête de l’Humanité 2013

capture-home-flashcode

Cette année, une nouvelle fête de l’Humanité commence sous l’angle de mettre en avant cette année, les mouvements de jeunes communistes qui seront représentés au niveau fédéral et au niveau national (il faut bien les leaders puissent travailler un peu).

Ensuite, pour ma part, je serais présent sur deux stands : Actualutte (Rosa Parks) pour la journée de vendredi et les jeunes communistes des Hauts de Seine (avenue jean jaurès) pour la soirée de samedi. Vous qui débattez souvent par page interposée, vendez débattre en grandeur là où l’Humanité est réelle.

Aussi à partir de lundi, je publierais des photos et des vidéos de la fête de l’humanité (ce seront les vidéos et les photos propres du blog révolution et libertés).

Puis surtout, on vous attend pour faire la fête, pour se préparer à un nouvelle rentrée sociale, qui sera dure, épuisante et fatigante.

PLB