Les confusionnistes : des réactionnaires qui s’ignorent

Le néolibéralisme progresse de façon pernicieuse au sein de la société française. La révolution néolibérale submerge l’ensemble des couches de la société. En s’attaquant à la structure qui permettait une certaine cohésion au sein de la nation. Le nouveau contrat social que les partisans du monde libre souhaitent mettre en place laisse sur le bord de la route un certain nombre de perdants. Une partie de la population ne se reconnaît pas dans la politique actuellement mise en place. D’autant que la dialectique et le champ sémantique ont intégré l’esprit de la novlangue afin de rendre positives des mesures péjoratives et préjudiciables. Dans cet état d’esprit, les gouvernements successifs utilisent des euphémismes pour ne pas traiter du fond du problème ou ne pas effrayer la population lors des différentes réformes structurelles. De plus, lors de chaque événement rythmant la vie publique et politique, nombreuses sont les personnes à sombrer dans la confusion politique. Dès lors, le confusionnisme trouve sa place au même titre que le complotisme. Toutefois, le confusionnisme semble plus vicieux que son cousin puisqu’il avance sous le silence des pantoufles. Il ne génère aucun bruit, même s’installe durablement dans l’esprit détournant les causes originelles pour lesquelles ces personnes semblent militer.


L’art d’utiliser la confusion comme un outil politique tend à rendre perméable des doctrines qui a priori n’ont aucun point en commun. Ce concept est très largement répandu au sein de l’extrême-droite. En avançant masqué sous couvert d’un faux progressisme, la réaction s’installe durablement à l’intérieur de la pensée politique de ces personnes sans forcément qu’elles se rendent compte de façon immédiate de la manipulation, dont elles ont été victimes. En effet, la propagande de ces dernières années a vu un grand nombre de théories alternatives émerger de nulle part ou des fables suscitant une indignation de façon massive d’une partie de la population. Or, l’intérêt majeur du confusionnisme réside dans le fait de baser son argumentation dans l’optique de persuader, c’est-à-dire de jouer sur les sentiments. Dans ce contexte, l’absence de la Raison fait basculer de façon stricto sensu l’idée dans le romantisme révolutionnaire. Nous vivons une époque de plus en plus complexe où le choix des explications de la façon la plus simpliste possible sans ayant recours à de la pédagogie suit un chemin aisé alors que le sentier biscornu permet de comprendre les tenant et aboutissant avec des faits, des preuves matérielles et une démarche scientifique.

La question de la culture intervient à un moment où elle est le pivot qui permet d’endiguer les idées obscurantistes de la question théorique à la question pratique. Toutefois, la culture reste un moyen d’expression pour permettre la diffusion d’idées notamment celles politiques. Les démocraties libérales sont confrontées à la crise de la culture. Une certaine forme de nihilisme nietzschéen prend forme dans le sens que les citoyens perdent la notion de l’espoir. Cette espérance se traduit également par une certaine forme de radicalisme déstructuré. Ainsi, le confusionnisme prend une part importante dans notre société puisqu’il vit à l’époque du numérique et se diffuse comme une traînée de poussière. Nous sommes dans l’ère de la post-vérité et des faits alternatifs. En effet, la diffusion de l’information a largement été individualisée par l’apparition d’un certain nombre de sites de “réinformation“. Dans la plupart des cas, ces sites sont tenus par l’extrême-droite. La réécriture de fait s’inscrit dans une volonté de déformer les faits et les statistiques afin qu’ils appuient la doctrine en question des confusionnistes à savoir le capitalisme le plus virulent possible.

La permutation d’un capitalisme étatique vers un capitalisme néolibéral a besoin d’utiliser des outils subtiles pour faire accepter également les réformes douloureuses qu’elle met en place de façon crescendo. L’avancée progressive n’est pas du goût de tout le monde. Cela entraîne une opposition farouche à chaque nouveau projet de loi dérégulant les différentes normes juridiques. Le capitalisme dispose d’une multitude d’acteurs, des militants et personnalités politiques se situant dans l’opposition de façon officielle, mais le discours officieux en substrats les positionne dans une sorte de continuum du capitalisme.

Au moment où les élections présidentielles et législatives se profilent à l’horizon 2017, le confusionnisme deviendra un outil de déstabilisation de la campagne à la présidence de la République. De plus, il ne porte en lui aucun progrès de fond comme superficiel, mais une régression totale de la société. Il existe chez ces derniers une nostalgie importante où la grandeur de la France lui permettait de rayonner sur l’ensemble des autres pays. Finalement, les confusionnistes en utilisant des stratégies de détournement, d’accaparement sémantique ou de récupération d’un champ lexical les positionnant dans l’opposition sont en réalité la roue de secours du capitalisme en période de turbulence et de crise sociale.

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x