Quand les beaufs plébiscitent une « démocratie » bien pépère, sans maternité.

Quand les beaufs plébiscitent une « démocratie » bien pépère, sans maternité.

Voici ce que cela donne quand les machos font la morale à celles qu’ils nomment élégamment les « bonnes femmes », des élues qui s’occupent pourtant de leurs enfants avec vaillance.

En effet, l’exclusion immédiate de Zulekha Hassan, la députée kenyane présentement outragée, a été vivement applaudie par ses virils collègues, alors que ces messieurs, souvent pères eux-mêmes d’ailleurs, auraient plutôt dû favoriser l’installation de crèches pour que nos mamans, qui sont aussi leurs sœurs ou leurs épouses, puissent être pleinement citoyennes et représentées au sein de l’assemblée législative…

Devant l’indignation généralisée, induite par leur conduite lamentable, les présents mâles alpha (mais bien bêtas, en fait…) ont dû suspendre en « urgence » ladite séance publique : ainsi, les imbéciles prétentieux voulaient éviter de subir les huées, voire les crachats émis par leurs concitoyen·ne·s qui emplissaient les tribunes du Parlement.

Malgré l’heureuse réaction des militant·e·s qui étaient sur place pour défendre la mère désemparée (laquelle ne disposait d’aucune solution pratique pour garder son enfant à cause de l’indifférence des autres politiciens, seulement obsédés par leurs misérables attributs masculins), la marche vers plus de justice pour les mamans, ainsi que pour toutes les femmes en général, demeure très incertaine.

Malheureusement, c’est encore le cas partout ailleurs qu’au Kenya et même jusqu’en Europe occidentale, prétendument si « féministe, libérée et égalitaire ».

Pourquoi la maternité devrait-elle justifier la servitude et le silence du genre féminin en politique ?

Après tout, Marianne n’est-elle pas l’allégorie maternelle de la République, même dans beaucoup d’autres contrées que la France ?

À lire sur l’Huffington Post → « Au Kenya, cette députée sommée de quitter le Parlement avec son bébé. »

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire