Marlène Schiappa, l’ingénue prétendue, défend la liberté de désinformer.

Marlène Schiappa, l’ingénue prétendue, défend la liberté de désinformer.

Voici encore une belle analyse toute tordue de la fausse militante en faveur de « l’égalité » entre les genres, tant que ce grand principe reste purement publicitaire, bien sûr…

N’oublions pas que le magazine « Valeurs actuelles » est un papelard aussi féministe et ouvert d’esprit que Cyril Hanouna — ce clown immonde est d’ailleurs l’ami préféré de notre apprentie critique, vite révoltée devant les caméras hallucinées ; c’est avec ce « philosophe » de très grande classe qu’elle a débattu joyeusement pour combattre le sexisme et l’homophobie, parmi tant d’autres sujets de bavardage sans intérêt ni lendemain pour sa frêle conscience. Le show m’as-tu-vu et ridicule a été financièrement soutenu par notre République bien aveugle, malgré les histoires vulgaires sur le viol des femmes, trop débitées par son équipe d’ignorant·e·s, et le fameux paquet de nouilles enfoncées profondément dans le caleçon du vieux gamin Delormeau, d’ailleurs complice dudit crime obscène derrière ses pudeurs mal feintes…

Certes, Mediapart a bien des défauts, comme toute société et toute personne, mais notre chère Marlène préfère de très loin ceux des médias réactionnaires et oligarchiques, où elle étale présentement sa bêtise abyssale et son inculture crasse.

Loin d’y paraître sagement indifférente telle une vraie marquise racée, les enquêtes d’un groupe indépendant du pouvoir, authentiquement courageuses et approfondies, piquent les yeux écarquillés de cette princesse de service télévisuel.

Ainsi, notre nouvelle Sissi d’occasion préfère les contes de fées gouvernementaux à l’âpre et horrible vérité révélée par de vrais journalistes, car elle est à l’image du puéril Infant qui l’emploie : la demoiselle n’est à présent qu’une belle photo à l’âme creuse pour revue chic sur papier glacé. Paris Match l’adore et c’est avec raison…

Depuis son vain anoblissement officiel, la ministre d’apparat enchanté ne sait plus « actualiser ses valeurs » comme il le conviendrait.

Tout s’explique…

 

→ Lire l’article de L’Obs

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire