Les noces rouges, d’après les attaques terroristes de 2015 jusqu’à 2016, sont déjà oubliées.

Les noces rouges, d’après les attaques terroristes de 2015 jusqu’à 2016, sont déjà oubliées.

En conséquence logique et imparable du scandale nantais qui a causé la noyade d’un tout jeune éducateur très modérément fêtard (cette violence homicide faisait elle-même suite à tant d’autres vilenies miliciennes), le juste retour de boomerang est « cinglant » autant que désastreux pour l’image de la police et de sa lâche hiérarchie, oublieuse de sa vraie mission républicaine : protéger nos concitoyens dans leur ensemble plutôt que la prétendue aristocratie d’affaires, très minoritaire dans notre pays égalitaire dans son esprit de cocagne.

Et dire que la réconciliation s’annonçait chaleureuse, durable et solide après la nécessaire intervention des forces de l’ordre public, à la suite des derniers attentats ! Je parle, bien sûr, des vraies tueries de masse, perpétrées par les fous de Dieu sous la présidence de Nullande, et non des petites « attaques » de trois fois rien contre les permanences hideuses et inoccupées de LaREM.

Selon sa propre logorrhée de concierge, régulièrement imbibé entre les cuisses dansantes de ses « collaboratrices noctambules », ce sont ces dernières gaudrioles que le sinistre Castaner a vivement dénoncées, avec ses habituelles et ridicules manières de pleureuse à ses propres obsèques.

Arnaud Beltrame, un gendarme courageux, admirable et tant regretté pour son humble part, subit en ces jours sombres un nouvel outrage à son honneur de juste sacrifié, à cause du suivisme bêta et inconséquent de certains de ses piètres collègues, actuellement en exercice.

Ainsi, les misérables primes, accordées à la va-vite en décembre dernier pour encourager à écraser les gueux jaunis par une juste révolte, ont motivé autant que déconsidéré bien des cyborgs testostéronés à l’excès. Par principe, si ces derniers possèdent encore réellement des corps très puissants lors de l’exercice de la mécanique répressive, sans jamais se soucier de justice ou de commisération, ils y ont néanmoins perdu leurs âmes si fragiles d’anciens êtres humains.

De ce fait, le bilan de ce gouvernement de porphyrogénètes pourris gâtés est déjà très lourd, aussi bien pour les manifestants bafoués ou meurtris que pour l’efficacité réelle de nos indispensables forces de police — sans lesquelles, il n’y a malheureusement jamais d’État de droit effectif.

Que se passera-t-il lors des prochains assassinats commis par des fondamentalistes (des violences malheureusement très probables dans un avenir pas forcément lointain d’ailleurs…), si la grande majorité de la population et de ses agents de sécurité collective sont en conflit ouvert et continuel ?

En vérité teintée d’amertume voire de rage, ce quinquennat « hyperorléaniste » est un vrai désastre pour la communauté en son entier ; toutes ses forfaitures criminelles, voire assassines, se perpétuent juste pour engraisser comme jamais les quelques-uns qui accumulent pourtant déjà trop aux dépens de tous les autres : nous désignons évidemment ainsi ceux, bien plus nombreux, qui produisent vraiment les richesses de notre nation.

Au fait…, bien le bonjour, cher Monsieur Bernard Arnault. Invitez-vous toujours à dîner, chaque semaine et dans votre somptueux hôtel particulier, un certain gamin éduqué en bon gosse de riche chez les jésuites et son ancienne professeure de théâtre ?

Toute cette folie outrageuse, outrancièrement empreinte d’arrogance et de vaines certitudes de la part de nos dirigeants parvenus autant que puérils, va très mal finir.

Les noces enchantées avec nos « gardiens de la paix », encore toutes récentes, ont déjà laissé leur place à un divorce grotesque et barbare à en devenir digne de la « Guerre des Rose », un vaudeville macabre écrit par Warren Adler : cette séparation hargneuse et douloureuse sera tristement propice au deuil dans un futur proche à coup sûr…

Voici donc venu le temps du requiem ultime pour notre vieille démocratie qui sombre sans gloire en pleine sénilité ; LaREM, toute béate, le chante en chœur morbide, quand le RN prépare gaiement ses atours mortuaires en bon croque-mort…

Allez, les zombies bienheureux devant cet ordre « angélique » des choses… Inutile d’attendre trop longtemps la fin du monde, car elle est déjà là.

Appelez dans l’instant votre corbillard sans activer le limiteur de vitesse, car il serait très inélégant d’arriver en retard à votre propre enterrement collectif !

Ce constat consternant à s’en lamenter, à la suite du naufrage social, moral et politique de la gouvernance actuelle est disponible à votre lecture citoyenne sur le site numérique du Monde.

En effet, nous n’entendrons guère parler de cela sur BFM TV, CNEWS, LCI voire sur RMC, lors des odieuses « Grandes Gueules », qui constituent l’émission-phare de la vulgarité haineuse et petite-bourgeoise. Dédaignons donc promptement cette vilaine cérémonie télévisuelle, une beuverie populacière où la fameuse poissonnière Claire O’Petit officia tantôt avec une morgue suintant la grossièreté la plus accomplie. Cette ogresse, désormais en retraite généreusement rémunérée, est aujourd’hui une députée dévouée en bonne religieuse, toute docile et aimablement taiseuse, devant le divin Infant Emmanuel qui bavasse sans cesse son évangile infâme.

Nous le savons déjà, la guerre sainte des parvenus argentés ne fera pas advenir son odieux projet de mise au pas de la société civile avec des caresses ou avec des bisous, mais bien avec un déchaînement de brutalité furieuse dans le déshonneur et l’irresponsabilité ; d’ailleurs, ladite boucherie de luxe a déjà ouvert sa vile boutique depuis un long moment.

Bonne indigestion et, surtout, bonne peur au ventre…

L’article du Monde :

« Choqués par l’attitude des policiers lors de la Fête de la musique, beaucoup de jeunes Nantais disent désormais regarder la police “autrement”. […] Après la mort de Steve Maia Caniço, la police « engrange un stock de haine qu’elle n’imagine pas » à Nantes… »

 

 

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire