Désormais, pour le Titi Jadot, la réussite professionnelle, c’est à droite toute !

JACQUES DEMARTHON via Getty Images

Enfin une « écologie » politique compatible avec le capitalisme sauvage et les traités de libre-échange du Mercosur, du CETA, du JAFTA et du TAFTA, voire avec la planète Mars ! Pourtant, il y a moins de deux ans, le triste sire au sourire de Droopy critiquait abondamment ces accords infâmes autant qu’obscurs au Parlement européen, mais c’était vraisemblablement une énième gesticulation oratoire pour préparer sa campagne électorale.


Maintenant, le parangon de vertu publicitaire n’en dit plus rien, car son bon ami l’Infant Emmanuel exige leur application à tout prix et au plus vite. Inutile donc de risquer de se fâcher avec son futur employeur pour si peu…

Que c’est beau de passer du vert naturel, si ennuyeux, à la joyeuse grisaille couleur costard-cravate des bétonneurs et des banquiers !

Quel dommage, néanmoins, que la stryge De Rugy tienne fermement son maroquin glyphosaté de la « Transition nécrologique », car notre bellâtre des beaux quartiers branchés de Lutèce rêverait de prendre sa pécunieuse place un jour ; il faut dire aussi que son autre concurrent sur le marché de l’écologie de luxe, le fameux Pascal Canfin (un panda cannibale dont WWF ne veut plus jamais entendre parler), lui a déjà grillé le ralliement quatre étoiles à la Macronie lors du dernier scrutin de poudre aux yeux — ladite conversion politicienne était, pour Jadot, un immense projet personnel dont il négociait patiemment les conditions « désintéressées », alors qu’il faisait encore campagne pour Benoît Hamon à la présidentielle de 2017 avec tant de « sincérité ». Les SMS émis en cachette permettent d’entretenir les plus belles amitiés…

Quel ignoble voleur d’idées, néanmoins, ce méchant Canfin !

En effet, notre Titi Yannick, un bonhomme sans vergogne, mais doté d’une avidité verdâtre, comme son charmant comparse de CETELEM, n’est jamais fidèle qu’à sa propre ambition d’apparatchik « bobo » de second plan…

Depuis un bon moment, sur les conseils avertis de Cohn-Bendit, le bonimenteur, et des traîtres de la fantomatique UDE, LaREM lui prépare de belles alliances bourgeoises aux municipales. La chose juteuse est déjà entendue avec les parvenus friqués et branchouilles qui ont phagocyté la direction du parti ex-environnementaliste sous le lamentable quinquennat de Nullande. Les électeurs jeunots et naïfs d’EELV aux dernières européennes ne vont pas en revenir ; les anciens meneurs admirables qu’étaient Eva Joly et Noël Mamère doivent vomir d’écœurement devant un tel étalage d’arrivisme sans conscience…

Pour notre moineau carnivore, Strasbourg, la cité provinciale reléguée en France périphérique, ne vaut vraiment que pour obtenir beaucoup mieux dans une carrière parsemée de trahisons à peine discrètes…
Ah Paname ! Attends encore un peu ton apprenti prince charmant.
Titi Yannick te reviendra bientôt en TGV, car c’est un bien beau destrier. Les jets goinfrés au kérosène, ce sera pour plus tard…

Grosses bises au Dauphin !

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire