La chaîne RMC Découverte fait-elle la propagande de la chasse ?

La chaîne du canal 24 diffuse tous les soirs une émission intitulée « Alaska : la dernière frontière ». Il s’agit d’un programme de divertissement américain traduit en français. On y découvre la vie de personnes qui ont choisi de s’installer dans le Grand Nord. Le problème est que, au-delà de l’âpre survie et du rythme de vie que cela implique, la mise en avant de la chasse au lapin, au canard, au cerf, au grizzly et des élevages nourriciers, comme mode de vie, pose de nombreuses questions éthiques.

La chasse reste un crime barbare où qu’elle se pratique. L’homme, persuadé de sa supériorité, utilise moult outils comme des pièges ou des fusils pour abattre les zoonimaux pour son plaisir, son loisir et par simple mépris des zoonimaux, alors que — partout dans le monde — des voix s’élèvent pour faire interdire la chasse de quelque manière que ce soit. Aux États-Unis d’Amérique, chasse et armes à feu — protégées par le droit constitutionnel — vont de pair. Le lobby de la chasse, très puissant chez Les Républicains, et défendu par Sarah Palin — ancienne gouverneure de l’Alaska — soutient par tous les moyens le vice meurtrier des chasseurs qui ne sont jamais inquiétés malgré les nombreuses démarches entreprises par les défenseurs de l’environnement et des zoonimaux.

Certains êtres humains ont choisi de vivre dans le Grand Nord malgré les difficiles conditions de vie. Les caméramans suivent les chasseurs pendant la période complète de chasse. La focalisation dure des dizaines de minutes. De nombreuses insultes sont censurées au montage. On peut dès lors s’interroger sur l’objectif des scènes qui sont montrées au grand public. RMC Découverte est une chaîne française. One Voice et Ipsos ont lancé une étude sur la perception de la chasse par les Français, 84 % d’entre eux en ont une mauvaise opinion 1)Cf. https://www.ipsos.com/fr-fr/les-francais-rejettent-massivement-la-chasse. Dans les différents épisodes, on assiste à des scènes barbares comme le meurtre, le dépeçage et la découpe de zoonimaux, en toute tranquillité, comme s’il s’agissait d’un abattoir à ciel ouvert. Le pire est que cette émission n’est pas soumise aux différentes règles du CSA. En effet, en montrant aux enfants comment tuer les zoonimaux, cela ne peut qu’engendrer à leur encontre une future maltraitance et renforcer le spécisme ambiant.

Cette chaîne de reportages — sous couvert de la difficile survie près du cercle polaire — fait la propagande de la chasse  et souligne, par la même occasion, la grande « adaptabilité » des êtres humains. Or, on sait qu’il y est impossible de cultiver quoi que ce soit au vu des conditions climatiques très rigoureuses, il en découle donc que la survie de l’homme ne peut être assurée que par la protéine carnée. Mais qu’est-ce que vont faire ces êtres humains dans des conditions qui ne semblent pas être faites pour l’être humain ? Il s’agit d’un paradoxe. Sont-ils fous ? Non, l’émission a clairement une volonté de démontrer que l’être humain est capable de braver toutes les conditions y compris les plus extrêmes. Le but poursuivi est plutôt de placer l’être humain tout en haut de la chaîne alimentaire, de prouver qu’il est le plus fort quelle que soit l’adversité. En réalité, cette émission n’est qu’un concours de muscles, une ode à la virilité, où ces « vrais » mâles construisent, cabanes, habitations, ponts… Ce culte du corps et de la puissance masculins traduit un machisme décomplexé qui relègue les femmes… aux fourneaux ou aux tâches subalternes. Ce sexisme assumé est une dérive du spécisme.

Il serait pertinent que les antispécistes s’emparent du problème et exigent du CSA qu’il intervienne et l’interdise aux jeunes enfants afin de les protéger de cette violence banalisée. Enfin, il s’agirait de faire pression sur la chaîne pour qu’elle déprogramme son émission.

Notes   [ + ]

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire