Le quasi-lynchage d’Ingrid Levavasseur lors d’une manifestation des Gilets jaunes

Révolution et Libertés avait demandé une interview à Ingrid Levavasseur pour qu’elle puisse s’exprimer en toute liberté et sans tabous, notamment sur les élections européennes. En effet, elle était à la tête d’une liste « Rassemblement d’Initiative Citoyenne ». Mais cette liste a volé en éclats. Depuis, elle fait la sourde oreille. Mais les Gilets jaunes ne l’ont pas pris de cette manière.



Dans la dernière manifestation des Gilets jaunes, on entend une « foule enragée » dire « voleur » tout en lançant des doigts d’honneur, « va te faire enculer », « sale pute », « salope », « enlève ton gilet », etc. Cet acte nous apprend un peu plus sur le fond du mouvement notamment sur sa misogynie et son homophobie. Combattre pour la « justice fiscale » et tomber dans le patriarcat le plus dégueulasse revient à défendre l’ancien monde. Des personnes de mauvaise foi diront qu’il s’agit d’un acte isolé alors qu’il s’agit de la matérialisation de ce qu’il se passe sur les différents groupes de Gilets jaunes sur les réseaux sociaux. D’ailleurs, nombreux sont ceux déçus par ces comportements qui quittent le mouvement des Gilets jaunes les uns après les autres. C’est peut-être ce qui explique la baisse des mobilisations. Les personnes en ont marre de ce mouvement qui bien que progressiste à la base est devenu au fil du temps, un terrain de jeu pour les réactionnaires et les obscurantistes de tout poil. Les nombreux éborgnés, les blessés graves et les blessés légers n’auront servi à rien dans la lutte des classes. D’ailleurs, le mouvement des Gilets jaunes ne s’inscrit aucunement dans la lutte des classes, mais dans un interclassisme petit-bourgeois.

Après l’affaire d’Alain Finkielkraut, on peut dire que le mouvement prend un virage proto-fasciste comme je l’ai expliqué dernièrement. D’ailleurs l’une des revendications est d’augmenter le SMIC à 1 300 euros nets ce qui souligne de mettre en place une baisse des cotisations salariales comme le souhaite depuis des années le Front national et les libéraux.



Quels sont les actes qui peuvent déboucher sur un tel lynchage de la part d’une foule ne voulant pas le dialogue ? Le simple fait qu’Ingrid Levavasseur se soit retirée de la liste des Gilets jaunes pour les élections européennes à la suite d’un gros cafouillage au sein de l’association qu’elle avait créée et qu’elle a dissoute dans la foulée, car personne ne voulait prendre ses responsabilités juridiques. Forcément, elle est accusée de traîtrise de la part de ceux qui ne sont que des « révolutionnaires de pacotille ». Avec ses milliers de Gilets jaunes structurés autour d’une association solide composée de personnes assumant leurs actes, la liste pour les élections européennes aurait pu se faire rapidement. L’engagement politique nécessite de prendre des risques et d’assumer ces risques. Nul ne peut se permettre de faire de la politique sans connaître les différents rouages du fonctionnement politicien. Les responsables ont beau passer pour des « révolutionnaires », il est à noter que lorsqu’il s’agit de construire et de structurer le mouvement dans la durée : tout le monde prend la poudre d’escampette.

Les Gilets jaunes semblent certes déterminés à aller jusqu’au bout pour que leurs revendications soient mises en application, mais avec un glissement vers une expression de plus en plus fascisante. Il faudra réinventer le concept des milices ouvrières pour reprendre le flambeau de la lutte des classes afin, cette fois, de faire réellement tomber le capitalisme et non pas aboutir à un réformisme petit-bourgeois dont les conséquences seront néfastes pour le prolétariat. Beaucoup trop de monde oublie qu’il y a une lutte entre le prolétariat et les classes moyennes. Les classes moyennes se sentent lésées par les différentes aides sociales et pointent la surenchère néolibérale pour mieux contrôler le prolétariat comme c’est le cas avec les contreparties des aides sociales voulues par le gouvernement. Sans un mouvement de classe soudé et uni contre la bourgeoisie qu’elle soit grande ou petite, nos revendications avantageront à coup sûr directement la bourgeoisie.



Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire