Les convergences entre Macron et Le Pen

Le programme de Emmanuel Macron et celui de Marine Le Pen converge sur de nombreux points. Dans ce cadre, il devient primordial de le mettre en évidence afin de savoir jusqu’où est prête cette convergence idéologique.

Entreprises et formation

  • Développement des formations en alternance et professionnelle

La formation en alternance comme l’apprentissage est analysée par les deux candidats comme des solutions pour faire entrer dans le marché du travail les jeunes qui ont peu de qualification c’est-à-dire peu ou pas diplômés. Les deux candidats sont favorables à une augmentation comme une simplification des moyens pour les mettre en place. Pour eux, il s’agit de la faiblesse du système français dans le cadre de la lutte contre chômage. Le tout articuler sur une baisse des dépenses de l’allocation chômage, le FN souhaite rendre la formation « plus efficace, moins opaque et moins coûteuse », Macron souhaite y investir près 15 Mds de son plan.

  • Réduction des cotisations patronales et baisse de l’impôt sur les sociétés

Emmanuel Macron a pour objectif de supprimer les cotisations patronales sur les travailleurs qui sont au SMIC, tout en baissant l’Impôt sur les Société de 33 à 25%, contre 24% chez le Front National, mais portant uniquement sur les TPE/PME. Les deux sont favorables à une pérennisation de la baisse des cotisations sociales concernant le CICE mise en place par François Hollande.

Fonction publique

  • Réduction du nombre de fonctionnaires

Emmanuel Macron et Marine Le Pen sont favorables à une baisse du nombre de fonctionnaires, notamment dans les organisations territoriales. En effet, Macron pose une baisse de 120 000 fonctionnaires sur cinq ans, avec une création 15 000 postes dans l’éducation (5 000) et la sécurité (10 000). Marine Le Pen n’évoque aucun chiffre, uniquement via des départs à la retraite lorsque ces derniers sont en surnombre dans les services.

 

  • Revalorisation des salaires des fonctionnaires en théorie

Face à la baisse du nombre de fonctionnaires dans les différentes organisations centralisées et décentralisées, les deux planchent pour une mesure revalorisant les salaires dans la fonction publique, mais sûrement soumis à une hausse de la durée du travail.

  • Modification de la réforme des rythmes scolaires

Emmanuel Macron souhaite laisser aux communes le fait d’intervenir librement dans la gestion des rythmes scolaires, notamment la gestion des activités périscolaires. Marine Le Pen est favorable à son abrogation stricto sensu, et ne souhaite plus en entendre parler.

Institutions

  • Réduction du nombre de parlementaires

Marine Le Pen et Emmanuel Macron sont pour une baisse du nombre députés et de sénateurs. Le Front National souhaite faire adopter une réforme institutionnelle par référendum pour « abaisser le nombre de députés à 300 (contre 577 aujourd’hui) et le nombre de sénateurs à 200 (contre 348 aujourd’hui) ». Macron souhaite diviser d’un tiers le nombre de parlementaire soit 192 députés en moins et 116 sénateurs en moins, mais à la fin de son mandat pour éviter toute dissolution de l’Assemblée Nationale.

  • Instauration d’une dose de proportionnelle aux législatives

Pour Emmanuel Macron, il s’agit uniquement d’une déclaration, mais sans véritablement d’une intention qui sera actée par une réforme constitutionnelle, alors qu’au Front National, il s’agit d’instaurer une proportionnelle « intégrale avec une prime majoritaire de 30 % des sièges pour la liste arrivée en tête et un seuil de 5 % des suffrages pour obtenir des élus ».

Autoritarisme et sécuritarisme

  • Augmentation du nombre de place de prison

Emmanuel Macron propose une augmentation des places de prison de près 15 000, contre près de 40 000 pour le Front National. Cette argumentation s’inscrit dans l’idée d’une « tolérance zéro ».

  • Augmentation du nombre de policiers et gendarmes

Dans son programme, Macron parle de 7500 policiers et 2500 gendarmes. Marine Le Pen compte sur un total de 15.000.

  • Augmentation du budget de l’armée

Emmanuel Macron souhaite augmenter le PIB de l’armée à 2%, alors que Marine Le Pen souhaite le voir aux alentours de 3% à la fin du quinquennat.

  • Rétablissement du service militaire

Pour Emmanuel Macron, le rétablissement du service militaire passe par une formation de 1 mois dans les trois ans qui suivent la majorité de la personne, alors que chez sa collègue du Front National, il s’agit de le rétablir de manière progressive à 3 mois.

Laisser un commentaire