Contre les capitalistes : Ni Le Pen, Ni Macron

Le premier tour de l’élection présidentielle a poussé au second tour : Emmanuel Macron et Marine Le Pen. Dans ce cadre, les travailleurs sont confrontés face aux camps des exploiteurs qu’il soit nationaliste ou mondialiste.

Le score que les sondages avaient mis en dynamique pousse les exploités à choisir pour leurs exploiteurs. Le résultat nous propose le néo-libéralisme ou le fascisme. Dans les deux cas, nous avons un lien entre les deux politiques. Le fascisme mène toujours une politique au néo-libéralisme, et le néo-libéralisme au fascisme comme c’est le cas sous Orban, sous Erdogan, etc.

François Fillon a perdu pour une place au second tour, il faut dire que le parrain de Pierre Gattaz est empêtré dans les affaires. Les Sarkozystes comme les juppéistes ont préféré quitter le navire pour soutenir Emmanuel Macron, le candidat auto-proclamé du « progrès » et des « ordonnances ». Le 49-3 de Manuel Valls n’est toujours pas digéré. D’ailleurs, ce n’est pas pour rien qu’il vote Macron. Entre autoritaires et pro-MEDEF, ils se soutiennent mutuellement.

Il s’agit d’une défaite pour l’extrême-droite libérale, mais qu’il souffle un peu, la droite traditionnelle possède un candidat qui se nomme Emmanuel Macron au second Tour. Il y a bel et bien une tentative de « Blitzkrieg » de la part de ceux dernier. Macron continuera de marcher dans les pas de Fillon. D’ailleurs, François Fillon a annoncé qu’il votera « contre l’extrême droite » et donc « en faveur d’Emmanuel Macron ». L’extrême-droite libérale se raccroche alors à la droite traditionnelle. Pourtant, de nombreux partisans de François Fillon iront voter Marine Le Pen, avec à la clef l’implosion du sous-marin « Les Républicain ».

Bien sûr que pour les partisans de Emmanuel Macron, la soirée est à la fête. Le néo-libéralisme est le grand vainqueur. Les partisans de la « loi El-Khomri », du chômage de masse, de la paupérisation généralisée, du patronat auront eu raison de croire que le problème venait des travailleurs et des chômeurs.

Ce lynchage continue depuis près de 40 ans suffit pour dire que son programme appartient à l’ancien, il est dépasse, et même son inspiration est archaïque. Macron est un produit médiatique du passé n’apportant en substance aucun progrès pour nos vies.

Les partisans du travail à la tâche, à l’auto-entreprise choisiront forcément Emmanuel Macron. Les partisans de la fraude et l’optimisation fiscale choisiront forcément Emmanuel Macron. Autrement dit, tous les capitalistes choisiront Macron.

Ils nous parlent d’un Front Républicain contre Marine Le Pen. Mais, cela nécessite de soutenir par l’acte du vote, les ordonnances de Macron contre les travailleurs, de soutenir les coupures d’allocation aux chômeurs, de la baisse drastique de la dotation publique, de l’austérité forcée. Autrement dit, soutenir le principe du Front Républicain, c’est soutenir le patronat. Le patronat qui est très bien représenté également par Marine Le Pen. Autrement dit, le Front Républicain se transforme en Front du patronat avec une alliance implicite avec le fascisme. Le Patronat, et Pierre Gattaz ne pouvaient pas rêver de mieux.

Le Front Républicain nécessite une alliance temporaire avec François Fillon. Les travailleurs peuvent-ils s’allier avec la « bande à Fillon » c’est-à-dire avec l’extrême-droite libérale ? Non, le travailleur doit soutenir le camp du « travail ». Au final, je choisirai l’abstention.

Laisser un commentaire