Macron, nouveau candidat à droite

emmanuel-macron-avec-le-mouvement-en-marcheEmmanuel Macron a décidé de se présenter comme Candidat aux élections présidentielles, dans un discours prononcé aujourd’hui devant la presse. Alors que la droite s’étripe pour connaître son leader, elle est devancée à quelque jour par le jeune libéral.

L’ancien ministre de Bercy annoncera sa candidature devant la presse à 10h30, dans un centre d’apprentissage à Bobigny. Il soulignera son inexorablement attachement aux valeurs de gauche, quand bien même ce dernier est un pur produit marketing de la droite libérale.

Le Figaro déclare « Macron prend de vitesse Hollande et Valls », alors que c’est la droite sous l’étiquette « Les Républicains » qui est prise à revers à quelques jours du premier scrutin de la primaire. En effet, son programme économique est quasiment le même que celui d’Emmanuel Macron.

Son mouvement « en marche » témoigne la volonté de créer une dynamique luttant contre les travailleuses analphabètes (le sous-prolétariat ne mériterait que le mépris comme à Gad) ou encore pour un monde entièrement ubérisé (concernant le débat uber/taxi).

Macron a favorisé le retour de la troisième classe avec la création des fameux cars Macron. Si les prix sont bas, ils devraient doubler, voir tripler à long terme. Il faut dire qu’il a privatisé et mis en concurrence une grande partie du privé et du public, afin que les services publics disparaissent, qu’en cas de restructuration d’une entreprise « d’autocars », des déserts locales se mettront en place. Le gain du profit laisse des dégâts importants derrière lui.

Emmanuel Macron reste un produit assez tendance chez certains jeunes en manque de reconnaissance des valeurs de la droite traditionnelle et trouvant dans le libéralisme économique, une valeur de progrès et d’émancipation. Sa campagne tend à confirmer la liberté d’entreprendre se place comme le Saint-Graal de ce qu’il défend, les Français doivent se préparer à devenir des milliardaires un peu comme Donald Trump, ce qui promet beaucoup de revirement.

Dans ce contexte, il souhaite incarner « l’alternance de l’espoir » qu’il oppose face à « l’alternance du repli ». L’espoir serait un retour au XIXème siècle, mais le repli serait également le retour au XIXème siècle. L’espoir d’Emmanuel Macron serait alors un repli sur soi et sur l’Histoire ?

Il affirme que « rien n’est jamais écrit à l’avance » concernant la présidentielle américaine. Il faut dire que selon-lui, « cette élection me parait être l’expression d’un rejet du système profond, et sous-estimé ». Voter Trump, un vote anti-système ultra-libéral ? Sérieusement, le vote de Trump s’explique par la volonté des personnes de soutenir réellement le système américain avec une méritocratie agressive et le déclassement continu des plus pauvres. Ceux qui ont voté pour Trump, ont voté pour les entreprises, les grandes fortunes et les actionnaires (pour Wall-Street), et pour la dérégulation entière du système financier. Ce vote incarne un vote jusqu’auboutiste pour défendre les valeurs libérales les plus obscurantistes (par de nombreux antisémites, xénophobes, homophobes, créationnistes).

Mais, avant toute réelle participation à la présidentielle française, il lui faudra les 500 parrainages nécessaires, ce qu’il ne sera pas forcément une chose facile, surtout en s’étant mis à dos les socialistes, il pourra compter néanmoins compter sur les Républicains.


Vous pouvez utiliser, partager les articles et les traductions de Révolution et Libertés en précisant la source et en ajoutant un lien afin de respecter le travail. Pour toute information supplémentaire : revolutionetlibertes@gmail.com

Laisser un commentaire