À Sivens, certains élus appellent à l’ordre le 15 novembre

30 mai 1968_1Ils se disent républicains, mais l’état de droit a été entièrement bafoué à Sivens, non par les opposants, mais les élus qui dans un conflit d’intérêts hors du commun font passer le barrage en force. Ceux qui soutiennent ce passage en force et donc la volonté de rompre avec la loi au nom d’un intérêt d’une minorité (20 personnes) et d’une agriculture volontairement choisie pour être hydrovore (le maïs), cela représente tout ce qu’il y a de plus antirépublicain. Quand on sait comment la FNSEA voit l’agriculture : la subvention contre la pollution et la stérilisation de sols.

Ils vont aller manifester pour rappeler la République et la notion d’être républicain le 15 novembre, je vois que nous n’avons pas du tout la même notion de la République. Mais cela aurait pu faire un peu de folklore si malheureusement leur république n’était autre qu’un projet autoritaire donnant les pleins pouvoirs à la bourgeoisie et à l’oppression de la grande majorité silencieuse qui n’en peut plus d’où le risque de burn out de près de 3 à 4 Millions de citoyens. Le président de l’association des maires et des élus locaux du Tarn (ADM) a demandé ainsi aux personnes de répondre à l’appel de l’association « Tarn Ruralité » qui comprend tous les acteurs du barrage. L’objectif de cette manifestation, précise le responsable, n’est « ni plus ni moins qu’un rappel au rétablissement de l’ordre républicain », vraiment ?

Eux aussi, ils demandent à manifester, les travailleurs de l’agrochimie et souvent poujadistes ont besoin d’eau, car leur choix se borne sur des cultures qui se goinfrent en eau, ils ne vont pas changer pour cela. Alors qu’il faudrait des plans qui au contraire compte tenu de la disposition de l’eau en consomment très peu. Mais aussi les petits réservoirs ne sont pas trop utilisés par ces agriculteurs, ils aiment manger sur les dos du contribuable, picorer pour avoir toujours plus. Ils auraient pu choisir des plantes encore plus hydrovores, pour créer un barrage encore plus grand, de toute façon la biodiversité ne les intéresse pas. Les fermes-usines sont une forme d’industrialisation chimique certaine dans notre pays.

Quand on pense qu’ils déversent des quantités de produits nocifs et mortels pour notre santé et qu’ils le font aussi au détriment de la faune, que peut-on penser de ces gens qui pensent par leur nombril, par leur tout petit égo ? Il faut couper dans la subvention tout court, subventionner ces gens-là, c’est laisser progresser les cancers et les différentes maladies qui en résultent.

Sur le plan financier, quand l’état dépense près de 7 Millions d’euros pour 20 agriculteurs cela fait beaucoup, surtout en temps de crise, mais les travailleurs de l’agrochimie sont très privilégiés en ce moment. D’autant que ce sont les mêmes qui sont venus s’en prendre aux bâtiments de l’administration. Ils se sont cru encore au temps du féodalisme. Mais les lois sont votées par le législateur, et ce législateur est un parlementaire, c’est lui-même qui encadre le pouvoir réglementaire des collectivités territoriales avec les moyens législatifs. Le Royalisme c’est fini. Déjà on peut se poser des questions sur leur maturité politique.

Ensuite, la république n’est pas la même pour tous, certains y voient une république bourgeoise où l’intérêt général est au service de quelques intérêts particuliers. Dans le cadre de l’affaire du barrage de Sivens mis en avant à travers une fausse procédure de légitimité qui aboutit à la DUP peu importe les positions des citoyens (voir l’affaire de Plogoff), cette République sert de domination des intérêts bourgeois sur les intérêts communs. Les intérêts d’une minorité, environ 20 exploitations agricoles. Une subvention hors du commun. La démocratie, ce n’est pas simplement une question d’élus ou de délégués. Cela va plus loin.  De l’autre la République Universelle, qui est celle de tous les citoyens sans distinction, mais par sa mise en place laisse place au salariat dans l’action publique à travers des assemblées générales pour fixer un véritable débat dans l’intérêt collectif.

L’ordre commence par l’application de la loi notamment chez les élus. Je demande par ailleurs la destruction du barrage du Fourogue, la loi rien que la loi, les élus vont tomber si on commence à mettre le nez dans la procédure totalement illégale et donc qui sont par extension des troubles à l’ordre public. Ils avaient été construits par la CACG, les élus, la FNSEA, la CR y sont représentés à l’intérieur du Conseil d’Administration. Mais aussi, la société se doit de réparer l’état pour son action totalement contraire à la loi.

Sur RTL dans l’émission les grandes gueules, un beauf nommé ou surnommé  “Johnny Blanc” avait affirmé par inculture politique “Ce ramassis de cloportes nous emmerde !”, tout en développant une vision de la démocratie assez autoritaire, si on peut encore appeler cela une démocratie. La CCAG et les travailleurs de l’agrochimie ont les soutiens qu’ils méritent.

Ces élus favorables au barrage de Sivens font des leçons de morale, mais ces mêmes élus ont les mains plongées dans la magouille et les conflits d’intérêts. Ce sont ni plus, ni moins que des corrompus si je puis dire. La question de la révocabilité apparait urgente, puisqu’il faudrait mettre ces élus dehors, puisqu’ils ne servent point l’intérêt général, mais plutôt leur petit intérêt.

L’ordre public chez la bourgeoisie est mis en avant par la nécessité d’un calme abolu entre les classes afin que la bourgeoisie puisse continuer tranquillement sa domination. C’est pour cela que la définition est celle-ci : la paix, la sécurité, la tranquillité publique, etc. Mais dès qu’on se déplace de l’autre côté alors cela change tout. La classe bourgeoise est la première à réaliser de gigantesques troubles à l’ordre public. Et c’est bien cela le problème, ils ont la liberté sur ce sujet-là, d’autant qu’ils sont soutenus par les corporations policières.

0 0 vote
Article Rating
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x